Critique : Tully

Charlize Theron retrouve le duo Jason Reitman/Diablo Cody sept ans après Young Adult. Dans Tully, l’actrice sud-africaine campe une mère qui s’apprête à donner naissance à un troisième enfant dans un état d’abattement complet. Une comédie dramatique qui brille par l’engagement de sa comédienne principale mais aussi sa finesse d’écriture.

Mère en détresse

A quarante ans, Marlo (Charlize Theron) s’apprête à avoir un troisième enfant. Avec Drew (Ron Livingston), mari obnubilé par son travail et sa Playstation lorsqu’il est de retour à la maison, la charge est lourde pour cette femme qui vient tout juste de prendre son congé maternité. D’autant que le cadet de la famille, Jonah (Asher Miles Fallica), est affecté par un trouble du comportement qui complique le quotidien. Principalement tourné en caméra épaule, ce portrait de mère de famille présente, au-delà de son tendre générique, une photographie morne, presque dévitalisée : à l’aube d’une nouvelle naissance, Marlo est au bord du gouffre. Lors d’un repas chez son frère, lui aussi à la tête d’une petite famille mais avec un train de vie bien supérieur, ce dernier lui propose de lui offrir un soulagement en engageant une babysitter de nuit qui s’occuperait du nouveau-né. Refus catégorique de voir une étrangère s’infiltrer parmi eux la nuit tombée, mais aussi d’avoir une dette envers ce frangin qui ne s’entend guère avec son mari. Et la petite Mia débarque, et grâce à un montage astucieux et dynamique, le spectateur saisit toute l’incroyable nouvelle couche de routine qui tombe sur les épaules de la fragilisée Marlo.

Charlize Theron fait partie de ses actrices dont l’engagement physique se montre total si le rôle le demande. On citera toujours Monster qui l’aura conduit jusqu’à l’Oscar ou plus récemment Mad Max : Fury Road avec son personnage bad ass au crâne rasé. Pour prendre les traits de Marlo, Theron a suivi un régime de junk food pour gagner une vingtaine de kilos. Tout le glamour de l’espionne d’Atomic blonde s’est volatilisé avec ce visage cerné et ce port de tenues informes. C’est la réalité d’être mère, pour une troisième fois, sans vernis hollywoodien. Finalement, Marlo saute le pas et contacte la fameuse babysitter, Tully – jouée par la encore trop rare et formidable Mackenzie Davis. Une jeune femme énergique, professionnelle, positive et affichant une ligne à rendre jalouse la maman. Son arrivée est une révolution pour toute la maison, les couleurs s’affirment, le ménage est accompli au détour d’une nuit, et surtout, Mia ne représente plus une charge supplémentaire. Le dialogue entre les deux femmes tient presque de la thérapie, une véritable amitié naît au fil des échanges quotidiens. Il faut dire qu’il y a un lien véritablement intime entre les deux femmes, cette enfant qui nécessite une grande attention, et leur complicité illumine alors le film.

La force du nouveau long métrage de Jason Reitman réside dans son duo de comédiennes mais aussi la finesse d’écriture de Diablo Cody, qualité plus ou moins absente pour leur précédente collaboration avec Young adult. Tully aborde des sujets peu traitées par le cinéma américain contemporain. La quarantaine y est souvent abordée avec un versant comique appuyé, ou bien en s’enfonçant dans les profondeurs du drame. Ici, tout est nuancé, approché avec une forme de simplicité qui tient autant d’un regard perspicace qu’une propension à la délicatesse. On ne traite pas des chamboulements de l’arrivée d’un premier enfant mais d’un troisième enfant. On y dresse le portrait d’une femme qui perd pied insidieusement avec son quotidien sans alerter ses proches. On y établit un bilan à un âge où l’on peut avoir l’impression d’avoir emprunté la mauvaise direction à un moment de sa vie. Aussi, l’importance du dialogue y est célébré. De l’équilibre du traitement d’une multitude de facteurs personnels et familiaux, Tully touche avec son regard lucide sur une catégorie de femmes peu représentée au cinéma. Doux-amer, engageant et éclatant de sagesse.

4 étoiles

 

Tully

Film américain
Réalisateur : Jason Reitman
Avec : Charlize Theron, Mackenzie Davis, Ron Livingston, Mark Duplass, Lia Frankland, Asher Miles Fallica, Elaine Tan, Gameela Wright
Scénario de : Diablo Cody
Durée : 95 min
Genre : Comédie dramatique
Date de sortie en France : 27 juin 2018
Distributeur : Mars Films

Bande Annonce (VOST) :

Article rédigé par Dom

Partagez cet article avec vos amis ou votre communauté :

Twitter Facebook Google Plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Avant de publier un commentaire, vous devez lire et approuver notre politique de confidentialité.