[Critique] Projet X (Nima Nourizadeh)

Après les expériences horrifiques en caméra portée, les attaques extraterrestres, cas de possession et super héros, voici la fête d’anniversaire comme si vous y étiez, version XXL. Projet X, premier long métrage de Nima Nourizadeh, produit par Todd « Very Bad Trip » Philips, suit trois losers dans leur tentative de briller grâce à une teuf mémorable. Un concept d’une grande simplicité pour une comédie qui, étonnement, fonctionne plutôt bien.

Party Hard

C’est le sempiternel récit de potes peu populaires qui sont bien décidés à devenir cool, au moins pour un soir, histoire de dire au revoir à leur virginité, le sang fluidifié par la bière. Avec Thomas (Thomas Mann), Costa (Oliver Cooper) et JB (Jonathan Daniel Brown), Project X tape sans vergogne dans le modèle des protagonistes de Superbad, comédie où des ados doivent dégoter de l’alcool pour arriver en héros à une soirée pleine de pépées. Impossible de ne pas comparer le malheureux Thomas Mann avec le nonchalant Michael Cera, d’associer le comportement déjanté d’Oliver Cooper à celui de Jonah Hill, et les traits d’un certain McLovin’ se retrouvent parfaitement chez le troisième zigoto de la bande. Pourtant, difficile de critiquer ce manque d’audace puisque le trio s’avère efficace du début jusqu’à la fin de ce long-métrage qui se revendique comme le parangon de la fiesta.

Alors que les parents de Thomas abandonnent le domicile familial le jour de son anniversaire, Costa et JB l’aident à préparer une fête d’anthologie, le tout, documenté par Dax, le jeune homme derrière la caméra qui ne sera pas le seul point de vue adopté : caméras de surveillances et téléphones mobiles des convives sont exploités pour dynamiser l’ensemble et conférer un réalisme de type « youtube ». S’oppose à cette vision documentaire de la soirée le bombardement musical qui donne à certaines séquences où les corps se trémoussent, l’allure de clips vidéos. Loin d’être fin, l’humour qui parcoure Projet X fait souvent mouche grâce à des situations incongrues – le service de sécurité est assuré par deux ados de douze ans trop nourris aux films d’espionnage – et si la trame narrative reste limitée, la perte de contrôle sur les événements reste un intérêt suffisant pour ne pas quitter la sauterie qui se conduit vers le chaos. Sans oublier le malin plaisir de se demander comment Thomas pourrait s’extirper d’une telle situation, où les dégâts ne pourront plus être cachés aux parents, surtout dès lors que ces derniers s’étendent au voisinage !

Alcool qui coule à flot, seins à l’air, danses sulfureuses et cachets d’ecstasy sont les images qui rythment ce long-métrage qui, malgré son évident manque de profondeur, mène à plusieurs problématiques. Ce style de cinéma, en apparence à la portée de tous et sans intérêt autre que de divertir, n’est-il pas représentatif d’une jeunesse condamnée à plonger dans la démesure pour obtenir ses quinze minutes de gloire ? Une démesure qui manque quelque peu de témérité scénaristique, finalement peu éloignée des morales distribuées par les comédies américaines du moment, toujours frileuses à poignarder un puritanisme latent, caché derrière les formes voluptueuses des jeunes figurantes. Dommage, car ce puéril Projet X, à la bande originale explosive, aurait pu être le génial portrait d’une génération paumée au bout de la nuit. Le film reste toutefois une agréable alternative à la mauvaise soirée de votre voisin de palier.

Remerciements : Allocine

3.5 étoiles

 

Projet X

Film américain
Réalisateur : Nima Nourizadeh
Avec : Thomas Mann, Oliver Cooper, Jonathan Daniel Brown, Alexis Knapp
Scénario de : Michael Bacall, Matt Drake
Durée : 88 min
Genre : Comédie
Date de sortie en France : 14 mars 2012
Distributeur : Warner Bros. France


Bande Annonce (VOST) :

Article rédigé par Dom

Partagez cet article avec vos amis ou votre communauté :

Twitter Facebook Google Plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *