[Critique] Tucker & Dale fightent le mal (Eli Craig)

Aujourd’hui, à défaut d’effrayer, le film d’horreur éprouve le besoin d’être drôle, même chez certains grands noms du genre – Wes Craven livra l’année précédente avec Scream 4 l’opus le plus humoristique de sa saga. Tucker & Dale fightent le mal s’inscrit directement dans la lignée des pastiches du cinéma horrifique, détournant les codes du genre pour ne plus provoquer l’effroi mais le rire. Un pari seulement à moitié réussi.

Nigauds et quiproquos

C’est devenu un classique : une bande d’adolescents sexys partent en vacances au bord d’un lac reculé dans les terres, terres où résident un psychopathe consanguin, toujours affamé en chair fraîche, qui n’attend que leur arrivée pour débuter son carnage en toute impunité. Ici, le cul-terreux n’est plus le psychopathe habituel, mais son apparence et sa réputation va, ou plutôt vont, les précéder. Tucker et Dale, deux potes de la campagne, archétypes des fermiers américains, s’apprêtent à investir leur nouvelle maison de vacances. Nos deux gaillards vont croiser la route d’un groupe d’ados ayant choisi la même destination et Dale va s’éprendre d’une blondinette de la bande. L’intrigue et les rebondissements de Tucker & Dale fightent le mal vont se concentrer sur des quiproquos procédant de ce choc des civilisations, ce qui donne lieu à des situations souvent cocasses, où la bêtise doublée d’une mauvaise interprétation des actions entre les deux groupes mène à un affrontement unilatéral : les adolescents sont convaincus que les deux bouseux ont kidnappé leur amie – alors qu’ils l’ont sauvée de la noyade – et ces derniers pensent qu’ils ont affaire à un groupe de jeunes suicidaires – car les morts accidentelles vont se succéder.

Malgré une première partie réussie, aux gags efficaces, avec de belles références comme le détournement des mouvements convulsés de Leatherface, le tueur de Massacre à la tronçonneuse, le film se contente de poursuivre son récit en suivant à la lettre les poncifs du genre – évidemment exploités sur le ton de la dérision. L’appauvrissement progressif du fil narratif nuit autant au rythme qu’à l’ambiance de cette comédie où nos deux marioles principaux s’avèrent bien campés par Tyler Labine et Alan Tudky. Mais le gore rigolo et le brin de romance décalée s’essoufflent et contrairement à des films tels que Braindead ou Shaun of the Dead, véritables références dans le détournement du film de zombies, Tucker & Dale fightent le mal ne parvient pas à pousser son concept jusqu’à l’apothéose de stupidité irrésistible si attendue. La pauvreté de la seconde moitié de ce long-métrage est telle que la déception complète devient une fatalité.

2.5 étoiles

Remerciements : Allocine.

 

Tucker & Dale fightent le mal

Film américain, canadien
Réalisateur : Eli Craig
Avec : Tyler Labine, Alan Tudyk, Katrina Bowden, Jesse Moss
Titre original : Tucker & Dale vs. Evil
Scénario de : Eli Craig, Morgan Jurgenson
Durée : 88 min
Genre : Comédie, Horreur
Date de sortie en France : 1er février 2011
Distributeur : Wild Bunch Distribution

Bande Annonce (VOST) :

Article rédigé par Dom

Partagez cet article avec vos amis ou votre communauté :

Twitter Facebook Google Plus

3 commentaires

  1. J’attendrais qu’il passe sur RTL9 là ou passe tout les nanares du ciné ^^

  2. J’étais intrigué par ce film que j’ai vu programmé dans mon cinéma habituel puis je me suis rappelé que tu en avais fait la critique …
    Tu m’a convaincu de ne pas perdre mon temps pour ce film , de toute façon j’ai toujours pas vue Millenium

  3. En effet Romain, il y a des priorités à se donner !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *