[Critique] Real Steel (Shawn Levy)

Le réalisateur de comédies Shawn Levy (Crazy Night, La nuit au musée) monte sur le ring du film d’action familial. Point de chair meurtrie dans Real Steel puisque que les machines ont supplantés les boxeurs humains. Le charme aurait pu être complet si seulement cette superproduction ne manquait pas autant de subtilité sur de nombreux plans.

Véritable hystérie

Dans un futur proche, Charlie Kenton (Hugh Jackman), un ancien boxeur, peine à vivre depuis sa reconversion en manager de « roboxeurs » – terme qui désigne les machines de combat –, ses guerriers métalliques finissant inéluctablement en pièces détachées. Suite au décès d’une ancienne compagne, Charlie se retrouve le temps d’un été avec son fils Max (Dakota Goyo), féru de championnats de roboxe. Ces retrouvailles entre un père et un fils autour d’une passion commune conduit à un récit qui néglige totalement les thématiques propres à la science-fiction. Il est étonnant de constater que les robots, aux performances incroyables, sont uniquement employés dans un cadre sportif. Au centre, l’évolution de la relation père/fils, en premier lieu conflictuelle, ponctuée par des affrontements de machines dans diverses arènes, est la routine suivie sans écart par ce long-métrage gangrené par l’insupportable hystérie de ses acteurs. A l’exception d’Evangeline Lilly, second rôle féminin plutôt bien campé, tout le casting semble souffrir d’hyperactivité, y compris le jeune Dakota Goyo, véritable Anakin Skywalker enfant qui aurait abusé des boissons énergisantes de Mos Eisley. Rarement Hugh Jackman n’aura été aussi exaspérant dans ce rôle de père borné et nerveux. La volonté du réalisateur était peut-être d’animer son film d’une énergie électrisante, mais l’effet ne prend pas ainsi.

Sur l’aspect technique, Real Steel se montre bien plus alléchant. Les roboxeurs, visuellement réussis, bénéficient d’une animation fluide et réaliste, grâce à la motion capture opérée par Garrett Warren et le boxeur Sugar Ray Leonard. Malgré cela, la majorité des combats sont loin d’atteindre l’impact d’un véritable combat de boxe, opposant des humains, car les chocs d’acier s’avèrent moins saisissants et l’absence d’émotion sur les faciès métalliques entrave l’empathie – des déficiences qui vont en la faveur du public familial visé. Seuls les managers au bord du ring, dirigeant leur machine avec des joysticks, écrans tactiles ou commandes vocales, servent de vitrine émotionnelle, limitée à la hargne. Le spectateur assiste alors au tumulte avec une certaine distance, rarement placé au cœur du ring par une mise en scène mécanique mais qui, grâce à la vélocité des machines, engendre un dynamisme souvent communicatif.
Il est toutefois regrettable que le récit, accusant d’une certaine balourdise tout au long du film, sombre dans un ancien cliché lors du climax. Zeus, le plus redoutable roboxeur, est une machine entre les mains de grossiers ennemis venus de l’Est, une femme d’affaires russe et un concepteur de robots japonais. Alors qu’il aurait pu se contenter de sa leçon familiale, valorisant l’espoir, la pugnacité et l’intelligence, Real Steel éprouve le besoin de redorer le blason d’une Amérique frappée par la crise économique en s’opposant aux superpuissances orientales. Un poncif que l’on pensait relayé au placard mais qui titille toujours l’esprit de scénaristes traumatisés par les anecdotes de Guerre Froide de leurs ancêtres.

Au final, le nouveau film de Shawn Levy est une production qui se destine à un public jeune, apte à fermer les yeux sur ses défauts et qui pourra vibrer lors des combats sains pour leur sensibilité. Les adultes en recherche de sensations fortes sur le ring préféreront l’excellent Warrior à ce blockbuster qui débarque après la tempête estivale.

2 étoiles

 

Real Steel

Film indien, américain
Réalisateur : Shawn Levy
Avec : Hugh Jackman, Evangeline Lilly, Kevin Durand, Dakota Goyo, Anthony Mackie, Hope Davis
Scénario de : John Gatins, Dan Gilroy, Jeremy Leven d’après la nouvelle « Steel » de Richard Matheson
Durée : 127 min
Genre : Action, Drame, Science-fiction
Date de sortie en France : 19 octobre 2011
Distributeur : The Walt Disney Company France

Bande Annonce (VOST) :

Article rédigé par Dom

Partagez cet article avec vos amis ou votre communauté :

Twitter Facebook Google Plus

4 commentaires

  1. Ah ah!! J’aime voir les critiques sur ce film car y a un mois tout le monde misait gros dessus et finalement…..

    En gros faut dire que tout ce que touche Hugh Jackman est mauvais!!!

  2. Y a peu de gens aussi mitigés que moi, à première vue. Je pense que tout dépend de ton degré de tolérance aux cris et à l’hystérie !
    Mais tout ce que touche Hugh Jackman n’est pas mauvais, un exemple majeur : Le Prestige de Christopher Nolan !

  3. D’accord le film est trrop familial, trop gentillet, il reste divertissant pour ses scènes de combat mais sinon il n’est pas inoubliable dommage
    Mon avis : http://www.youtube.com/watch?v=ylzU4kBSvtw

  4. Un très bon divertissement, pour peu que vous ayez gardé votre âme d’enfant… Seule Evangeline Lily est mauvaise dans ce film… Comme quoi les goûts et les couleurs…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *