BAFTA 2011 : La Blague d’un Roi

Hier soir s’est tenue à Londres la cérémonie annuelle des BAFTA. Situées entre les Golden Globes et les Oscars – et nos César, mais comparons le comparable -, les récompenses britanniques permettent de prendre la température avant la remise des statuettes les plus convoitées. Récompensé par sept trophées, Le Discours d’un Roi est le grand vainqueur de la soirée.

La Grande Bretagne célébrait-elle son histoire au détriment de films plus percutants ?

En compétition pour le Meilleur Film avec Black Swan, Inception, The Social Network et True Grit, il est étonnant de voir le film de Tom Hooper coiffer au poteau Darren Aronofsky, Christopher Nolan et David Fincher – ce dernier est le lauréat de la catégorie Meilleur Réalisateur.
Comme aux Golden Globes, Colin Firth remporte le prix de l’interprétation masculine, battant entre autre Javier Bardem (Biutiful) et Jeff Bridges (True Grit). Le Discours d’un Roi s’empare également des trophées du Meilleur Film Britannique, du Meilleur Scénario Original (David Seidler), du Meilleur Acteur dans un second rôle (Geoffrey Rush), de la Meilleure Actrice dans un second rôle (Helena Bonham Carter) et enfin de la Meilleure Musique (Alexandre Desplats).
Natalie Portman confirme son coup d’éclat, elle remporte le BAFTA de la Meilleure Actrice. Partir avec l’Oscar n’est plus qu’une formalité – mais nous ne sommes pas à l’abri d’une surprise. Aaron Sorkin se voit également récompensé pour son scénario adapté (The Social Network) et le directeur de la photographie Roger Deakins est primé pour son excellent boulot sur True Grit. On pourra s’amuser de voir la daube Alice de Tim Burton remporter deux prix : Meilleur Maquillage et Coiffure et Meilleurs Costumes. Inception se voit gratifié de quelques récompenses techniques.
Pour la liste complète des nominés et vainqueurs, je vous invite à vous rendre sur le site officiel des BAFTA.

L’avalanche de récompenses pour Le Discours d’un Roi démontre encore que le classicisme est en enclin à séduire les votants qui semblent souffrir ici d’un patriotisme nauséabond. Célébrer Le Discours d’un Roi de la sorte, avant tout dans les catégories Meilleur Film et Meilleur Scénario Original, c’est valoriser un cinéma sans prise de risques, calibré pour plaire à tous.
Bien sûr, qui suis-je pour m’insurger sur ces récompenses ? Juste un type qui aime le cinéma et bien qu’ayant apprécié le film de Tom Hooper, je ne peux être que déçu de voir d’ambitieux réalisateurs et scénaristes rester dans l’ombre. Si seulement j’étais réactionnaire ou membre de la famille royale – c’est le prince William de Galles qui préside cette académie depuis 2010 -, je pourrais probablement comprendre…

Espérons que le 27 février 2011, les Oscars se montreront ouverts à un cinéma audacieux.

Article rédigé par Dom

Partagez cet article avec vos amis ou votre communauté :

Twitter Facebook Google Plus

5 commentaires

  1. pouvait il en etre autrement ? toutes ces cérémonies ne cautionnent en effet qu’un cinéma archi classique et attendu… sans intérêt au fond !
    NB : ça marche !! 😉

  2. Salut, je suis d’accord avec toi ce film ne mérite pas de gagner le meilleur film. Mais Meilleur Scénario Original je peux comprendre, faire un film sur un roi bègue, sur le papier ça vend pas du rêve, et pourtant l’équipe du film à réussi à donner vie à cette idée.

  3. @Phil, Eh bien pas toujours. Mais je trouve le geste ici assez… puant !

    @Boris, pour le scénario, c’est autre chose oui. Ca ne vend pas du rêve mais c’est très filmique comme sujet : on a tendance à dresser le portrait de puissants rois. Ici, tout permet de se démarquer des biopics de ce genre. Bon, ensuite je vais pas cracher sur la qualité d’écriture : c’est nickel et les dialogues sont très bons. Mais on reste aussi dans une certaine forme de cinéma classique, académique. Parmi les prétendants au titre de meilleur scénario, il y avait The Fighter, The Kids Are All Right (deux films que je n’ai pas vu), Black Swan et Inception. Ces deux derniers me semblent beaucoup plus impressionnants que celui du Discours d’un Roi.
    (Le vrai exploit scénaristique récent, mais adapté d’un livre, ça reste pour moi The Social Network !)

  4. Quand bien même,

    « The Social Network » est plus porté par ses acteurs que par son histoire (enfin de mon point de vue).
    En comparant avec Le « Discours d’un Roi » (deux film que je considère comme des biopics.). Je les trouve tout aussi consistant l’un que l’autre. Après, bien sur que le thème est plus classique dans le film de Tom Hooper. Mais si c’est classique et excellent je vois pas pourquoi cela ne serait pas récompensé.

    La concurrence est très rude cette année (comparé à l’année dernière …)

  5. Oui les Oscars vont être un peu plus excitants que l’année dernière.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *