Critique : Piranha 3D (Alexandre Aja)

Piranha 3D

Piranha 3D

Film américain
Réalisateur : Alexandre Aja
Avec : Elisabeth Shue, Steven R. Mcqueen, Jerry O’Connell, Kelly Brook, Adam Scott, Ving Rhames, Christopher Lloyd, Riley Steele, Jessica Szohr, Richard Dreyfuss
Aussi connu sous le titre : Piranha
Scénario de : Pete Goldfinger et Josh Stolberg
Directeur de la photographie : John R. Leonetti
Monteur : Baxter
Durée : 89 mn
Genre : Horreur, Gore, Comédie
Date de sortie en France : 1er Septembre 2010

 

 

 

La trame :

Lake Victoria est envahit par les étudiants lors de Spring Break. Des piranhas libérés par une secousse sismique ayant ouvert une faille sous le lac vont remonter à la surface où la fête s’apprête à tourner au carnage complet.

 

Bande Annonce (VO) :

 

Critique

Une fois n’est pas coutume, je laisse la rédaction de la critique à un figurant du film, qui m’a assuré de parler de Piranha 3D en toute sincérité. Bonne lecture.

Big Fish

Salut à tous, mais surtout à toutes (miam miam) ! Je me présente rapidement, Nemcro VI, fier piranha de la lignée des croqueurs du lac de Lake Victoria auquel nous n’avions plus accès jusqu’à ce qu’Alexandre Aja, réalisateur du remake de La Colline a des Yeux et de Haute Tension, nous libère pour banqueter sans se soucier de notre ligne, et ce, en 3D dimension, eh oui ! Contrairement à Avatar – tiens, quel goût ça a, une cuisse de Nav’i ? –, Piranha 3D a été tourné avec des caméras classiques pour être converti en 3D ensuite, sur de gros ordinateurs. Le résultat n’est donc pas aussi frappant et immersif que la superproduction de James Cameron mais de nombreux plans aquatiques sont superbes et vous permettront de partager notre univers à nos côtés. Je vous le concède, parfois, en extérieur, l’effet de plans plats s’étalant dans la profondeur de champ est flagrant, mais cela n’enlève rien au fun.

Y a du soleil et des nanas

Spring break, pour les étudiants américains, c’est la période de beuverie ultime, c’est l’overdose de soleil, c’est le moment idéal pour perdre sa virginité avec un ou une inconnue, voire de ramener sa première maladie vénérienne sur le campus de son université. Bref, c’est que du bonheur, et pour nous aussi, piranhas, puisque ces crétins festoient sur notre lac par centaines. En parallèle de cette gigantesque orgie se déroulent également les mésaventures du jeune Jake Forester (Steven R. McQueen) qui, au lieu de garder son frangin et sa frangine, préfère partir sur un bateau en compagnie d’un réalisateur de pornos, Derrick Jones (Jerry O’Connell), de deux starlettes, Danni (Kelly Brook) et Crystal (Riley Steele qui, pour le coup est une véritable star du porno), les arguments plastiques majeurs du film, et de son amie Kelly (Jessica Szohr), plus réservée mais tout aussi aguicheuse. Au fond, les enjeux dans Piranha 3D, où les nanas s’exhibent comme dans les clips sur MTV, n’ont guère d’importance ; tout est prétexte à la mise en place d’un massacre hallucinant et exultant, livré avec humour et autodérision, qui s’aggrave grâce aux réactions de certains débiles profonds, car tout le monde ne meurt pas sous les assauts de mes pairs, et les amateurs des Destination Finale se délecteront du spectacle offert par certaines morts.

Références, Nichons et Hémoglobine

Le carnage d’Alexandre Aja est, selon des types de la production, n’ayant pas de cinéma sous-marin ni d’aqua-téléviseur pour le confirmer, truffés de références cinématographiques. Il paraît que la scène d’introduction serait un hommage direct aux Dents de la Mer, avec Richard Dreyfuss reprenant le rôle sur sa petite barque, que la shérif interprétée par Elisabeth Shue et le gérant d’un aquarium joué par Christopher Lloyd se sont croisés sur Retour vers le Futur, qu’un ballet aquatique se déroule aussi dans L’Etrange créature du lac noir, qu’Eli Roth, l’organisateur d’un concours de T-shirts mouillés a réalisé des films d’horreur tels que Cabin Fever et Hostel, qu’un découpage à l’hélice de moteur fait écho à un certain Braindead de Peter Jackson, … Le jeune Aja connait bien le genre, et il le montre. Si voir de féroces poiscailles dévorer des fesses, nibards (naturels ou refaits, nous ne sommes pas regardant là-dessus), jambes et torses musclés sous un soleil de plomb est un programme qui vous interpelle, alors, vous trouverez votre bonheur dans cette festive boucherie illustrée par des effets des plus réussis.

Conclusion

Croix de bois, crois de fer, si je mens, je finis en poisson pané, Piranha 3D est le divertissement de la rentrée à ne pas manquer pour tous les amateurs de slashers et films gores. Et si vous ne savez pas quoi faire au prochain Spring break, venez nous rendre visite à Lake Victoria, nous y serons, et nous aurons à nouveau la dalle !

Nemcro VI pour Silence… Action !

Note : 7/10

Article rédigé par Dom

Partagez cet article avec vos amis ou votre communauté :

Twitter Facebook Google Plus

7 commentaires

  1. Franchement un bon délire, même si les plus féministes cracheront sur ce horror-comedy-pussy movie de qualité. 7/10, oui, je valide.

  2. ah ah ! excellent point de vue… je soutiens moi aussi parfaitement le point de vue des piranhas par rapport à ces étudiants débiles ! 🙂
    j’ai trouvé le film très amusant en effet… mais c’est le genre de chose dont on ne se vante pas trop, n’est-ce pas ? 😉

  3. Hey dom ou est ce que tu as été nous le pêcher celui là ? 😀 Bonne critique en tout cas, ça me conforte dans l’idée qu’il faut que j’y aille ce week end …

  4. Lol!! Très bon délire…je vais finir par croire que t’es aussi con que nous!!

    Aja avait même demandé à Joe Dante et Cameron de venir faire un caméo mais apparemment y a eu du refus dans l’air….Dommage ça aurait été drôle!!

  5. @Mat, oui bon del’

    @Phil, ah mais je n’ai pas honte ! Je peux le crier sur les toits : « je me suis marré en regardant Piranha 3D ! »

    @Callahan, Merci, j’espère que tu seras dans un état d’esprit « fun et décontracté » impératif pour apprécier ce film !

    @Bruce, Eh oui, je vais pas vous laisser le monopole de la connerie 😀
    Dommage pour le caméo oui, surtout Cameron !
    (En fait, ce qui m’a poussé à voir le film en premier lieu c’est d’avoir aperçu Eli Roth dans la bande annonce !)

  6. Je poste très tard mais je ne découvre le site qu’aujourd’hui. Pour celui-ci je ne suis pas d’accord, à peine aurait-il valu un 3/10. J’attendais Aja au tournant après les bons remake qu’il nous a pondu, mais là on est loin de « l’hommage à l’original », je me suis fait ch… tout le long du film, ne trouvant pas les prétextes ni à rire, ni à sursauter, trouvant les scènes sous marines complètement foirées (sauf celles avec les filles nues évidemment!) et le tout un peu trop poussif malheureusement…

  7. Le film repose avant tout sur son massacre qui arrive tardivement. Je l’ai revu récemment et je pense que ça reste un divertissement plus que correct dans le genre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *