Test Blu-ray : Predator (John McTiernan)

Predator

Fiche Technique :
Predator (1987) réalisé par John McTiernan
Avec : Arnold Schwarzenegger, Carl Weathers, Bill Duke, Kevin Peter Hall
Durée : 107 mn
Genre : Action, Science-fiction
Blu-ray testé : Région A B C (édition française remastérisée)
Pistes Audio : Anglais DTS-HD Master Audio 5.1, Français, Allemand, Italien, Catalan, Portugais, Espagnol 5.1 DTS, Anglais 4.0 Dolby Surround
Sous-titres : Français, Anglais sourds et malentendants, Portugais, Danois, Finnois, Allemand, Italien, Espagnol, Néerlandais, Norvégien, Catalan, Suédois,
Format d’image : 1.85:1
Codec : MPEG-4 AVC
Résolution : 1080p
Editeur : Fox

 

Synopsis :
Un commando est envoyé dans la jungle équatorienne pour libérer des otages. Un terrible et invisible ennemi les attend.

Mini-critique :
Predator, une créature mythique pour un film considéré culte pour peu que l’on préfère l’action musclée à la science-fiction ; ici, le scénario a été écrit à coup de lance-grenade, la libération d’otages n’est qu’un prétexte pour plonger un groupe de mercenaires machistes aux muscles saillants et à la gâchette facile au coeur de la jungle, visitée par une créature extraterrestre qui prend plaisir à en découdre avec des hommes suréquipés – quelle aubaine ! On progresse donc parmi un groupe de mercenaires tapant des pauses viriles toutes les cinq minutes, le regard pensif – ils pensent probablement à penser –, les mains pleines d’armes à feu de tout calibre. Lorsque ces masses de testostérone se retrouvent face au danger, ils privilégient une diplomatie primaire consistant au dialogue des armes et l’annihilation de tout ce qui bouge et plus encore, car la végétation, pourtant innocente, se voit dévastée. La part de science-fiction réside dans le Predator, créature qui semble descendre de la Creature of the Black Lagoon, version high-tech et accroc de chasse à l’homme, qui rôde et surveille ses proies incognito en première partie de métrage avant de s’attaquer à elles une à une. Impressionnant costume porté par Kevin Peter Hall, le chasseur extraterrestre reste aujourd’hui un monstre terrifiant à l’arsenal particulièrement meurtrier tandis que le film en lui-même, très proche d’une série B par ses situations, acteurs et dialogues, accuse de son âge où seule la confrontation Schwarzenegger/Predator vaut encore le détour.

Bande annonce (VO) :

 

Le Blu-ray

– Image :
Le transfert de la discorde ! Si la première édition de Predator en blu-ray pouvait décevoir, celle-ci s’est vue accordée une restauration excessive utilisant bien trop de DNR (Digital Noise Reduction), résultat : plus aucun grain, une image souvent trop lisse et trop éclaircie. Certains gros plans présentent des visages inhumains par l’absence de détails et des contours lissés ; parfois, on a l’impression de contempler des figurines en plastiques ou des personnages en CGI ! Les arrières-plans, eux, semblent figés comme des photographies. Pourtant, du côté des bons points, on notera la qualité des couleurs, un bon piqué et des contrastes de qualité en plein jour – en plein jour seulement car les noirs perdent en profondeur dans les séquences de nuit. Jamais je n’avais vu un transfert aussi peu respectueux du film original et bien que cette édition comblera les adorateurs du « tout beau, tout lisse », elle décevra ceux qui voudraient retrouver un film en HD conservant ses traits originaux.
Une fois n’est pas coutume et grâce à avpgalaxy.net, je vous propose de constater par vous même la différence entre ces deux éditions en image, la nouvelle édition étant la seconde photo (cliquez sur les images pour les afficher en taille réelle) :




Et pour finir, le gros plan le plus immonde de tout le film grâce à cette image provenant de blu-ray.com.
Je tiens à préciser que la plupart des plans rapprochés ne sont pas aussi immondes que les deux visages présentés plus haut.

– Son :
Seule la piste en VO est testée.
Du côté de l’audio, personne ne se plaindra, la piste DTS-HD Master Audio 5.1 est nerveuse et explosive. Les séquences de tir provoquent de véritables déflagrations et la faune de la jungle s’installera dans chaque enceinte lors des scènes plus reposées. Le canal des voix est particulièrement bon et bien mixé. Les musiques, redondantes, brillent par leur dynamisme.

– Bonus :
– Commentaire audio de John McTiernan
Predators : Premières images, interview de Robert Rodriguez, producteur du tout dernier film de la saga et images inédités du film (1mn44).
– Predator : évolution d’une espèce : chasseurs d’une perfection absolue (11mn43), interviews des équipes de Predators.
– Commentaire textuel d’Eric Lichtenfeld, historien du cinéma.
– « S’il peut saigner, alors on peut le tuer », Marking-of du film de 29 mn en définition standard.
– Au coeur de Predator, featurette diverses :
Action Classée Secrète (5mn21)
Arnold : du jamais vu (4mn42)
Indolore (3mn30)
La vie intérieure – Un hommage à Kevin Peter Hall (4mn26)
Camouflage (4mn54)
Bienvenue de la jungle (2mn40)
Création de personnage (4mn41)
– Effets spéciaux, featurettes concentrées sur les effets… spéciaux, divisées en très courtes séquences :
Effets Spéciaux « Costume Rouge » ; Tests de Camouflage
– Courts extraits :
John McTiernan, préparation du film (3mn05)
Le but ultime de Jesse (2mn18)
Stan Winston : le farceur de service (3mn02)
Ne buvez pas l’eau (1mn58)
– Scènes inédites et coupées :
Fuir le Predator (1mn43)
Caméléon (28s)
Construire un piège (2mn12)
Dévaler la pente (56s)
Bandes-annonces originales :
Predator ; Predator 2
– Galerie Photos
– Portrait du Predator, en photos
Sur ma platine Panasonic DMP-BD60 qui n’est pas à jour (booh!), les sous-titres sont excentrés et/ou hors de l’écran pour les bonus en définition standard. Je ne saurais donc déterminer s’il s’agit d’un problème inhérent au disque ou bien de mon lecteur blu-ray.

Annotations :
Trois bande-annonces ouvrent le blu-ray : Predators, en salle le 14 Juillet, Alien Anthology (qui débarque en blu-ray en fin d’année) et Minory Report.
Le DVD du film, protégé par une pochette cartonnée individuelle, est également inclus avec cette édition.
Cette seconde édition de Predator témoigne des dégâts pouvant être causés par une restauration sans aucune finesse. Une chose reste à espérer maintenant, que les quatre Alien ne subissent pas un traitement aussi radical.

Notes :
Film : 6,5/10
Image : 3/5
Son : 4,5/5
Bonus : 4/5

Avis global : 6/10

Article rédigé par Dom

Partagez cet article avec vos amis ou votre communauté :

Twitter Facebook Google Plus

10 commentaires

  1. Alors ça!!! Je vois que la version retouchée est quand même pas mal!! En tout cas ce film reste culte et dommage que McTiernan soit aussi emmerdé pour pouvoir refaire du cinéma…

  2. Nan, c’est clairement trop lissé. S’ils se mettent à pondre tous les films comme ça, je reviens au DVD !

  3. LA différence de contraste est saisissante sur le second couple de photos ! J’aimais pourtant assez ma 1e version de Predator en blu-ray (et je te trouve sévère avec un des meilleurs actioners que j’ai jamais vus !).

  4. Je pense que si tu possèdes la première version et que tu l’apprécies, rien ne devrait te pousser à acheter celle-ci. C’est vraiment de la restauration fait au hachoir, sans aucune finesse. Quant au film, eh bien, j’ai l’impression qu’il vieillit très mal et/ou que j’ai dû mal à être sensible aux films gonflés à la testostérone sans aucun second degré…

  5. houlala le DNR qui fache tout le monde!
    C’est sur que certain plans sont vraiment flippant, que le grain indispensable à l’ambiance de ce film à disparue (un jour ces idiots vont retirer celui de 300!!!), mais il y a les bonus qui tuent.
    Deux autres petits désaccord que j’ai avec certains d’entre vous, c’est blindé de second degrés, et je pense que dans ce genre, c’est ce qu’on a fait de mieux, et de très loin. Un vrai petit chef d’œuvre, comme beaucoup de film des années 80.
    Il manque encore Conan qui reste à mes yeux un sublime film, mais si jamais il le retape a coup de DNR alors la ce sera la cata!!!

  6. @domdom2006, au moins, pour Predator, étant donné que le film possède deux édition, les pro ou anti DNR peuvent choisir la version qu’ils préfèrent. Mais que l’on soit pour ou contre, tout le monde s’accordera pour dire qu’ils ont eu la main lourde sur l’application de DNR !

  7. Une pratique de la fox! c’est moins cher, et c’est surtout un choix du boss. Chez warner, c’est le contraire, budget no limit pour les classic.
    On va surement se reparler au sujet des alien.
    En tout cas, une fin d’annee tres excitante pour les sorties blu ray, mais il faudra faire tres tres attention.
    Allez ciao et a tres vite.

  8. J’ai jeté un coup d’oeil à Aliens, c’est plutot excellent malgré un grain qui n’est pas homogène selon les scènes.

  9. oui, en gros, Alien est absolument parfait à mon gout, Aliens est quand même beaucoup mieux qu’en DVD, et le grain à été volontairement gardé par Cameron, Alien 3, pas encore vu, mais il parait que quelques scenes avec les aliens en numérique (une première dans les alien) sont vraiment « ratées ». Gros défaut du Blu-ray quand les séquences ne sont pas complètement refaites, et alien 4 et bien rien n’a été fait dessus, ce qui ne veut pas dire que c’est mauvais, ni bon d’ailleurs.
    Le principal, c’est les bonus, et là, pour les fans comme moi, c’est le pied!!!!!!!!!!!!

  10. En fait, j’avais lu une interview où James Cameron s’enflammait en disant qu’ils avaient gommé absolument tout le grain ; alors même si c’est pas mon épisode préféré, ça m’aurait gavé de me retrouver avec un transfert similaire au nouveau prédator.

    Avec les 60H de bonus, il y a de quoi faire !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *