Critique : Mektoub, my love canto uno

Plus de quatre ans après la Palme d’Or pour La Vie d’Adèle, Abdellatif Kechiche livre une nouvelle œuvre portée sur la jeunesse et ses histoires sentimentales. Adaptation libre de La Blessure, la vraie de François Bégaudeau, Mektoub, My love : canto uno, nouveau révélateur de comédiens sous le soleil de Sète, mène le spectateur dans un état d’ivresse et d’insouciance.

LIRE LA SUITE

[Critique] L’Apollonide – souvenirs de la maison close (Bertrand Bonello)

Mise à jour du 08/12/16 : chronique à mettre à la poubelle. Explications. A l’heure des débats stériles sur la prostitution, de la probable pénalisation des clients, des tergiversations sur la réouverture des maisons closes, un cinéaste décide, après la série Maison Close produite par Canal +, de capturer l’ambiance d’un bordel au début du XXe siècle. Avec L’Apollonide –(…)

Lire la suite