Critique : En même temps

Sondant toujours les maux de la société par le prisme de l’absurde, Benoît Delépine et Gustave Kervern réunissent, à leur grand dam, un maire écologiste joué par Vincent Macaigne à un maire de droite à tendance extrême joué par Jonathan Coen, le tout, sous fond de lutte féministe. Un joli programme mais qui s’englue littéralement dans une comédie assez mineure. 

Paire divergente

Avec leurs trois protagonistes ainsi que leur sens de l’humour, le duo Delépine/Kervern nous fait saliver dès les premières minutes du film. Il y a celle qui se prénommera Sandra pour ses clients dans un bar à hôtesses, jouée par India Hair, le maire écologiste Pascal Molitor interprété par Vincent Macaigne, et enfin le maire de droite « décomplexée » Didier Béquet joué par Jonathan Cohen. Les deux hommes doivent se rencontrer afin de discuter d’un projet de construction de parc de loisirs sur une forêt primaire. L’alcool conduit les deux hommes au FMI, ce bar où débute Sandra, qui révèle son jeu dans une des meilleures scènes du film : dans une arrière-salle glauque, pendant que Molitor cuve sur un matelas répugnant, Sandra parvient à coller le pénis de Béquet sur l’arrière-train de l’écolo. Ce qui pourrait alors lancer le film dans un délire phénoménal, mais qui va se montrer timoré, comme si les cinéastes se montraient assagis bien que l’on perçoit toujours cette âme rebelle et contestataire.

Les Farrelly avait joué avec succès la carte des « protagonistes collés » au travers de frères siamois dans Deux en un (2004). Ici, les deux maires veulent évidemment éviter d’être vus en public, alors, chaque séquence se déroulera dans une certaine intimité, avec un ou une anonyme ou bien l’apparition d’une personnalité, sous un mode assez anecdotique contrairement au défilé dans certains des précédents films du duo de cinéastes, comme Mammuth (2010). On attend plus de la rencontre avec Thomas VDB ou de l’intervention, certes drôle, de François Damiens tandis que les deux maires infortunés se dévoilent et commencent à établir un véritable lien. Ce duo central reste sur un terrain déjà conquis en terme de jeu, et la volonté de toujours trouver des cadrages non conventionnels finit par renforcer l’aspect artificiel de cette union phallique entre la gauche et la droite. Alors que En même temps aurait pu se montrer virulent sur le plan de la lutte féministe, même le groupe d’action où l’on trouve India Hair, Doully et Jehnny Beth reste bien dans les clous, comme si subitement, le cinéma de Delépine et Kervern devenait politiquement correct. Avec des coups de folie dilués à l’extrême et une narration loin d’être dynamique, nous voilà probablement face à l’objet grolandais le plus décevant depuis Near death experience (2014).

2.5 étoiles

 

En même temps

Film français
Réalisateurs : Benoît Delépine, Gustave Kervern
Avec : Vincent Macaigne, Jonathan Cohen, India Hair, Jehnny Beth, Doully, Thomas VDB, François Damiens, Yolande Moreau, Anna Mouglalis, Laetitia Dosch
Scénario de : Benoît Delépine, Gustave Kervern
Durée : 106 min
Genre : Comédie
Date de sortie en France : 6 avril 2022
Distributeur : Ad Vitam

 

Photos du film Copyright Chloe Carbonel

Article rédigé par Dom

Partagez cet article avec vos amis ou votre communauté :

Twitter Facebook Google Plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Comments links could be nofollow free.

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Avant de publier un commentaire, vous devez lire et approuver notre politique de confidentialité.