Critique : Tu mourras à 20 ans

Premier long métrage d’Amjad Abu Alala, salué dans de nombreux festivals (Lion d’Or du Futur Meilleur Premier film à Venise, Grand Prix aux Festivals d’Amiens, El Gouna et Fribourg), Tu mourras à 20 ans témoigne du profond obscurantisme qui règne dans le pays du cinéaste, le Soudan. Un drame précis, avec quelques images envoûtantes.

Malédiction religieuse

Lors d’un rituel religieux à sa naissance, Muzamil est marqué du sceau d’une malédiction : l’enfant mourra à l’âge de 20 ans, inéluctablement. La parole du Cheikh faisant foi, son père préfère s’éloigner, laissant Sakina (Islam Mubarak), triste mère, seule pour élever son fils. L’enfance de Muzamil est conditionnée par son tragique destin : pour les autres enfants, il est le « Fils-de-la-mort », et il sera impossible pour lui d’imaginer un avenir avec la jeune Naima. A 19 ans, le voilà comme un modèle dans sa communauté, capable de réciter le Coran les yeux fermés, et si sa mère porte déjà le deuil pourtant à venir, un homme va le guider vers un autre monde, Suleiman, avec ses films de Khartoum, ses mœurs différentes, loin de la main ferme de l’Islam dans ce village.

Tu mourras à 20 ans dénonce le déterminisme qui frappe des régions où la religion exerce un pouvoir implacable sur la population, un déterminisme particulièrement ignoble lorsqu’il modifie des trajectoires de vie, lorsqu’il s’y inscrit dès la naissance. Sans virulence, porté par l’espoir d’une évolution de la société, Amjad Abu Alala montre la nécessité de s’ouvrir à la culture et à la connaissance, en sortant du cadre religieux. Plus loin encore à goûter au péché, au travers de cette métaphore de la page blanche tâchée d’encre noire. La malédiction qui pèse sur les épaules du jeune Muzamil, magnifiquement campé par un amateur, Mustafa Shehata, est un mal à combattre par le savoir, l’expérience, le voyage. Avec ses cadres composés, la douceur de son regard souvent poétique, le cinéaste soudanais se positionne en militant pacifiste. Un appel de la culture pour trouver la lumière, du profane pour goûter à la liberté. Et si le film a le mérite de nous montrer comment fonctionne cette société africaine, il est aussi judicieux pour nous, occidentaux, de garder en tête que notre société peut aussi défaillir : il suffit de peu, pour détruire les édifices de l’intellect et de l’art.

3.5 étoiles


L’édition DVD du film propose une version originale sous titrée en Dolby Digital 5.1 et une piste française en Dolby Stereo. La section bonus offre une rencontre de 26 min avec le cinéaste Amjad Abu Alala.

 

Tu mourras à 20 ans

Film soudanais, français, égyptien, allemand, norvégien, qatarien
Réalisateur : Amjad Abu Alala
Avec : Mustafa Shehata, Islamn Mubarak, Mahmoud Elsaraj, Bunna Halid, Talal Afifi
Titre original : You will die at 20
Scénario de : Amjad Abu Alala, Yousef Ibrahim
Durée : 103 min
Genre : Drame
Date de sortie en France : 12 février 2020
Disponible en DVD depuis le 25 août 2020
Distributeur : Pyramide Vidéo

 

Article rédigé par Dom

Partagez cet article avec vos amis ou votre communauté :

Twitter Facebook Google Plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Comments links could be nofollow free.

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Avant de publier un commentaire, vous devez lire et approuver notre politique de confidentialité.