Palmarès du 21ème Très Court International Film Festival

Samedi 15 juin 2019 se déroulait la remise de prix de la 21ème édition du Très Court International Film Festival au Forum des images. Un festival qui a la particularité de se dérouler dans 70 villes de 20 pays, avec pour unique contrainte pour les cinéastes d’apporter des œuvres d’une durée maximale de quatre minutes. Quelques mots sur la compétition internationale et le palmarès du jury présidé par Michel Hazanavicius.

« A côté » de Jérôme Piel-Desruisseaux

38 courts métrages internationaux, en deux sessions de 19 films, furent projetés samedi 15 juin 2019 peu après 20 heures dans la belle salle 500 du Forum des Images. Un luxe pour le court mais malheureusement, la qualité d’image n’est pas toujours au rendez-vous, avec des films parfois très compressés, offrant de belles strates de pixels et d’aplats de couleurs. La première série est également assez déroutante tant le niveau apparaît comme faible : les films se limitent à des concepts, souvent comiques – les terribles films espagnols à l’esthétique numérique si pauvre –, sans aucune portée. Certes, quatre minutes est un laps de temps ultra limité pour développer un propos, mais on trouve souvent des films bien plus construits et efficaces du côté du Nikon Film Festival – dont deux films sont présents ici – avec une contrainte de durée encore plus drastique, à 140 secondes. Tout n’est pas à jeté évidemment, on peut même saluer deux films français qui seront étrangement absents du palmarès, High score d’Adrien Vallade avec son univers post-apocalyptique où le jeu en ligne ouvre une porte vers une rencontre entre survivants, et la comédie de situation dans le métro parisien A côté de Jérome Piel-Desruisseaux, avec un gars, une fille, et un regard indiscret mais amusant sur une conversation téléphonique. On peut aussi citer le nostalgique et atterré I’d never bother another chicken again de Helen Cho Anthos, venu des Etats-unis, récit d’une anecdote d’enfance venant illustrer la situation critique du narrateur alors adulte.

« Enough » d’Anna Mantzaris

La deuxième session montre un peu plus de saveur, quoique l’on reste souvent face à des proposition inabouties, bloquées dans l’hommage ou tout bêtement précipitées par l’envie d’exprimer une idée sans finesse. Simple exemple, Broccoli d’Ivan Sainz Pardo (Allemagne) cherche à maximiser son intrigue comique basée sur le big data et l’espionnage des GAFAM en méprisant tout l’aspect esthétique du film. On peut être surpris de le voir décrocher le Prix Canal+ lors de la remise des prix. L’australien Nursery Rhymes de Thomas Noakes, passé par le Labo de Clermont Ferrand 2019, est probablement le film le plus abouti, proposant une narration liée aux choix de mise en scène : en plan fixe en caméra épaule, un métalleux torse nu se lance dans un chant pour enfant alors qu’un tracteur progresse dans son dos. C’est le mouvement de caméra accompagnant le paysan qui permettra de saisir la situation surréaliste des premiers instants. Une œuvre forte, qui devra se contenter d’une mention spéciale du jury, le film ayant créé le débat parmi ses membres. Présidé par le cinéaste Michel Hazanavicius, le jury de cette édition 2019 se compose de la comédienne Alice David, du producteur Justin Pechberty, de la cheffe décoratrice Anne Seibel, du compositeur Mathieu Lamboley, de la directrice de rédaction Isabelle Motrot – absente pour la remise des prix – ainsi que des journalistes Estelle Martin et Louis Haeffner. Lors de la remise de prix, Michel Hazanavicius s’exprime dans un premier temps en se disant surpris de la bonne qualité des films vus, mais qu’il y avait toutefois « quelques merdes dans le lot ». Etrange ambiance pour débuter le palmarès – suite à des délibérations compliquées ?

Palmarès du 21ème Très Court International Film Festival

Prix Paroles de Femmes (prix remis en dehors de la cérémonie) :
Nie Masz Dystansu de Karina Paciorkowska (Pologne)

Prix Canal + (ex aequo) :
Enough d’Anna Mantzaris (Royaume-uni) et Broccoli d’Ivan Sainz Pardo (Allemagne)

Mention spéciale :
Nursery Rhymes de Thomas Noakes (Australie)

Prix du film d’animation :
Enough d’Anna Mantzaris (Royaume-uni)

Prix de l’originalité :
Retiro de Miguel Dianda (Argentine)

Grand prix :
Kvist du collectif The Sporadic Film Collective (Norvège)

La soirée se poursuit par un cocktail à côté de la salle 300 avec les membres du jurys, les lauréats présents et, évidemment, compétition oblige, des membres d’équipes qui n’auront pas été célébrés : il reste toutefois un peu d’espoir avec le prix du public qui sera dévoilé le 28 juin – l’article sera alors mis à jour.

Article rédigé par Dom

Partagez cet article avec vos amis ou votre communauté :

Twitter Facebook Google Plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Comments links could be nofollow free.

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Avant de publier un commentaire, vous devez lire et approuver notre politique de confidentialité.