Critique : Le mystère Henri Pick

Film de clôture de la dixième édition des Arcs Film Festival, Le Mystère Henri Pick nous conduit dans une drôle d’enquête dans le milieu de la littérature. Le nouveau long métrage de Rémi Bezançon se veut aussi léger que captivant grâce une intrigue bien ficelée.

Pizza Yolo

Imaginez un pizzaïolo, Henri Pick, pas vraiment adepte de littérature, qui aurait laissé à sa mort un manuscrit incroyable, irrigué par une passion pour Alexandre Pouchkine. Publié, le roman est salué par la critique et devient rapidement un best-seller. L’éditeur est heureux, comme les héritiers de l’auteur qui ne profitent même pas des bénéfices, reversés dans la recherche contre la maladie d’Alzheimer. Tout va pour le mieux avec ce succès, et pourtant, un critique s’insurge : pour Jean-Michel Rouche (Fabrice Luchini), présentateur d’une émission littéraire, il y aurait une véritable arnaque derrière ce miracle de lettres. La virulence de son propos face la veuve d’Henri Pick et sa fille, Joséphine Pick (Camille Cottin), lui coûtera son poste mais pas sa détermination à faire jaillir la vérité – mais a-t-il raison de s’acharner ? Tout a débuté lorsque Daphné (Alice Isaaz), employée dans une maison d’édition et compagne d’un jeune écrivain (Bastien Bouillon), a rendu visite à une bibliothèque où sont stockés des manuscrits refusés par les éditeurs. Lors de son exploration, elle a dégoté cette perle, dont elle a voulu retrouver l’auteur, malheureusement décédé depuis deux ans. Ambitieuse, elle a pris la juste décision de publier ce futur succès. Mais si ce n’est pas Henri Pick derrière le roman, qui pourrait en être le véritable auteur ? Personne ne profite personnellement de la situation dénoncée par Jean-Michel, dont l’enquête le conduira en Bretagne, sur les traces d’Henri Pick.

Adaptation d’un roman de David Foenkinos, Le Mystère Henri Pick séduit par son suspense élémentaire, ce soupçon de polar sans gravité pour une histoire où évoluent des comédiens délicieux. Il y a d’abord Alice Isaaz, avec son personnage à l’origine du phénomène, mais le film se concentre avant tout sur Fabrice Luchini et Camille Cottin, duo déjà rencontré dans un épisode de la série Dix pour cent. Un Luchini fidèle à lui-même, ses envolées énergiques, qui rencontre une Camille Cottin dans un registre sensible, fille meurtrie par les attaques du critique mais qui se retrouve elle-même contaminée par le doute et le besoin d’enquêter – la comédienne préserve tout de même ses atouts comiques. Déployant habilement tout un lot d’indices et d’impasses, cette comédie rafraîchissante par le milieu qu’elle explore et le mystère qui l’anime parvient à tenir en haleine sans mal jusqu’à son dénouement. Elle porte aussi un regard ironique sur un univers dans lequel le talent n’est pas l’unique vecteur de succès, comme beaucoup de branches artistiques, mais il est plus facile d’écrire que d’être lu : souhaitons à ce film la chance d’être vu.

3.5 étoiles

 

Le mystère Henri Pick

Film français
Réalisateur : Rémi Bezançon
Avec : Fabrice Luchini, Camille Cottin, Alice Isaaz, Bastien Bouillon, Josiane Stoléru, Astrid Whettnall
Scénario de : Rémi Bezançon, d’après le roman éponyme de David Foekinos
Durée : 100 min
Genre : Comédie
Date de sortie en France : 6 mars 2018
Distributeur : Gaumont Distribution

 

Photos Copyright Roger Arpajou / Gaumont

Article rédigé par Dom

Partagez cet article avec vos amis ou votre communauté :

Twitter Facebook Google Plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Comments links could be nofollow free.

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Avant de publier un commentaire, vous devez lire et approuver notre politique de confidentialité.