Critique : Ma vie avec John F. Donovan

Le nouveau film de Xavier Dolan s’est fait attendre de longs mois, la faute à un montage conséquent et qui aura éliminé du film une tête d’affiche : Jessica Chastain. Ecourté de deux heures suite à la disparition du personnage de l’américaine révélée dans The Tree of Life, Ma vie avec John F. Donovan paraît pourtant interminable. Un curieux raté.

Une rencontre manquée

Alors que les affiches et photos promotionnelles avaient déjà inondé internet et la presse cinéma, il fut annoncé en février 2018 que Jessica Chastain ne serait plus à l’affiche de Ma vie avec John F. Donovan, interprétant pourtant un des personnages principaux. Elle devait camper le personnage perturbateur, celui qui tirait les ficelles du côté du mal. On savait à l’époque que le film tournait autour d’une relation épistolaire, et que la magie du montage pouvait peut-être opérer à un accouchement délicat mais intéressant. S’il est toujours possible de voir aujourd’hui des rôles réduits voire effacés au montage, cela concerne des apparitions et personnages secondaires. Faire disparaître au montage un protagoniste est un cas exceptionnel, ne serait-ce que pour une question d’argent, nerf de la guerre du cinématographe. On pourra citer en cas particulier la disparition de Kevin Spacey, remplacé en urgence par Christopher Plummer à quelques jours de la sortie de Tout l’argent du monde de Ridley Scott, mais aucune raison artistique puisqu’il s’agissait d’effacer un acteur soudain sous le feu des projecteurs pour de mauvaises raisons. Non seulement les premières versions du film, avec Jessica Chastain, tapaient dans la barre des quatre heures, mais en plus, selon son réalisateur, le film ne fonctionnait pas. Un élément étrange puisque l’objet scénario, qui permet de lancer la machine, permet de voir déjà si un film « fonctionnera » et donne aussi une idée plus ou moins précise de la longueur du long métrage une fois achevé. Il serait intéressant – mais cela semble un rêve impossible – de voir une version de travail, avec Chastain, pour la comparer à ce mélodrame qui s’embourbe après une trentaine de minutes prometteuses.

Xavier Dolan s’attaque à Hollywood, au star system, à l’envers du décor : Kit Harington campe John F. Donovan, une star de série télévisée médiocre mais qui fascine les enfants et adolescents. Adulé et aimé, John semble mener la belle vie. Mais que nenni, ce dernier cache son homosexualité qui pourrait mettre en péril sa carrière. Déjà, sur ce versant, le propos fait daté et aurait trouvé plus de force dans un contexte plus ancien, où les studios pouvaient mettre un terme à la carrière d’acteurs et actrices non conformes aux standards de la société. Là où le film trouve sa part d’originalité se situe dans la relation épistolaire entre John et un enfant américain, Rupert (Jacob Tremblay), exilé à Londres à cause d’une mère (Natalie Portman) qui n’a pas réussi à mener une carrière d’actrice, carrière dont rêve l’enfant, obsédé par John, esseulé et blâmé à l’école. Cette relation est découverte alors que Rupert est un jeune homme (joué par Ben Schnezer), auteur d’un roman à succès suite à ses échanges avec le célèbre comédien, et qui raconte son parcours à une journaliste d’abord inintéressée, Audrey (Thandie Newton). Dès sa structure, Ma vie avec John F. Donovan montre des faiblesses qui vont croître tout au long d’un film qui s’essouffle dans des séquences dialoguées sans fin, et souvent sans saveur, ainsi que des élans mélodramatiques à la limite du ridicule – un élément que Dolan parvenait à contenir dans ses précédents longs métrages. La maestria émotionnelle et la musicalité, forces du cinéma du canadien, manquent à l’appel ici.

S’il y a de belles choses à montrer sur l’influence positive que peut avoir une superstar sur le destin d’un enfant, sur sa construction, Ma vie avec John F. Donovan passe souvent à côté, obsédé par le double drame qui se jouait dans la vie de Rupert alors enfant et John, sous le point d’être démasqué. Bien qu’atrophié, par la disparition de Jessica Chastain, ce long métrage apparaît particulièrement boursouflé, comme si l’agencement des scènes, qui doivent fondamentalement combler un manque ça et là – et qui évoquent aussi un manque au travers d’une rencontre manquée –, conduisait à ruiner leurs propres intentions dramaturgiques. Ma vie avec John F. Donovan pourrait être un formidable cas à étudier si l’on pouvait s’emparer du scénario validé pour le tournage ainsi que la dernière version de travail comportant Jessica Chastain. En l’état, il s’agit d’un drame daté et terriblement emprunté.

2 étoiles

 

Ma vie avec John F. Donovan

Film canadien
Réalisateur : Xavier Dolan
Avec : Kit Harington, Jacob Tremblay, Natalie Portman, Susan Sarandon, Kathy Bates, Thandie Newton, Chris Zylka, Michael Gambon, Jared Keeso, Ben Schnetzer, Amara Karan, Amy Bosworth
Titre original : The Death and Life of John F. Donovan
Scénario de : Xavier Dolan, Jacob Tierney
Durée : 123 min
Genre : Drame
Date de sortie en France : 13 mars 2019
Distributeur : Mars Films

 

Article rédigé par Dom

Partagez cet article avec vos amis ou votre communauté :

Twitter Facebook Google Plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Comments links could be nofollow free.

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Avant de publier un commentaire, vous devez lire et approuver notre politique de confidentialité.