Critique : L’autre côté de l’espoir

Six ans après Le Havre, le finlandais Aki Kaurismäki obtient l’Ours d’Argent du meilleur réalisateur à la Berlinale 2017 pour L’autre côté de l’espoir. Il y est question du sort des réfugiés, mais surtout de vivre avec pour seule ligne de conduite, d’avoir la main sur le cœur. Un film réjouissant.

Bienveillance universelle

Alors que la défiance envers les réfugiés persiste tristement en Europe, Aki Kaurismäki décide, en philanthrope dont le cœur ne connaît pas les frontières, de défendre leur droit – ce droit d’exil, ce droit de quitter leurs foyer devenu zone de guerre. Une défense plaidée avec intelligence, humour, sans candeur mais avec une bonté sans limite. Le Havre abordait déjà cette bienveillance mais sous un autre motif, où le sort des réfugiés prenait le visage d’un enfant africain. Cette fois, c’est un syrien ayant perdu sa famille qui débarque en pleine nuit à Helsinki, Khaled (Sherwan Haji). En premier lieu, on pense que tout ira bien pour cet homme qui demande l’asile, se retrouve avec d’autres réfugiés dont le sympathique Mazdak (Simon Al-Bazoon). Mais Khaled ne s’imagine pas forcément un avenir en Finlande, c’est à sa sœur qu’il pense surtout, c’est elle qu’il voudrait voir débarquer en Scandinavie. En parallèle de ce destin, on découvre celui de Wikström (Sakari Kuosmanen), un vendeur de chemise en porte à porte qui, subitement, décide de tout plaquer, y compris son épouse. Il revend tout ce qu’il peut dans le but d’acheter un restaurant et gagne la somme nécessaire dans une folle partie de poker où il affiche une chance spectaculaire. Ce personnage, garant d’un humour pince-sans-rire délicieux, s’offre une drôle d’affaire, un restaurant plutôt miteux, dont le patron ne payait plus les trois salariés au comportement presque farfelu.

Wikström et Khaled sont deux personnages bons et généreux, et bien sûr, ils vont être amenés à se rencontrer. Wikström fait preuve d’une gentillesse et d’une bienveillance sans équivalent envers ses employés, mais aussi envers Khaled, qu’il découvrira près des poubelles du restaurant, après avoir pris la fuite du centre lorsque sa demande d’asile sera rejetée – pour cause, la Syrie n’est pas une zone d’affrontements qui implique des mouvements de population ! A la sottise et la bassesse du gouvernement s’oppose l’humanité individuelle. Wikström offre un modeste refuge au syrien, mais aussi un emploi au restaurant, de faux papiers – scène géniale avec un jeune faussaire –, et vient aussi à son aide pour introduire sa sœur sur le territoire finlandais. Un bon Samaritain inespéré qui contraste avec la menace de skinheads montrés comme de purs archétypes, mauvais et imbéciles – pourquoi creuser plus loin ? Toujours avec sa mise en scène et sa photographie caractéristiques, aux lumières très directionnelles, Kaurismäki livre un message d’une humanité formidable, avec un esprit de vieux rocker, peut-être usé par le temps qui passe mais furieusement animé par l’envie de défendre une cause qui compte. On retrouve toujours ce côté mécanique de certaines scènes, certains plans – notamment ces plans fixes mettant en exergue une action simple –, une forme de rigidité cultivée aussi au travers du jeu des acteurs mais qui mène à ce style unique, baroque, d’où jaillissent parfois de véritables tableaux. Si le rythme de ce long métrage, un peu flottant et aussi déséquilibré entre ses deux figures principales, peu rebuter quelque peu, le fond, lui, mérite tous les éloges. L’autre côté de l’espoir, un cinéma vecteur d’une humanité sans concession.

3.5 étoiles

 

L’autre côté de l’espoir

Film finlandais
Réalisateur : Aki Kaurismäki
Avec : Sherwan Haji, Sakari Kuosmanen, Ilkka Koivula, Nuppu Koivu, Simon Al-Bazoon, Kati Outinen, Janne Hyytiäinen
Titre original : Toivon tuolla puolen
Scénario de : Aki Kaurismäki
Durée : 98 min
Genre : Comédie dramatique
Date de sortie en France : 15 mars 2017
Distributeur : Diaphana Distribution

Bande Annonce (VOST) :

Article rédigé par Dom

Partagez cet article avec vos amis ou votre communauté :

Twitter Facebook Google Plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *