Critique : Baden Baden

Premier long métrage de Rachel Lang, Baden Baden, sorti en DVD début décembre dernier, raconte le quotidien d’une jeunesse en manque de repères pour tracer sa route. Une comédie dramatique non balisée, qui allie charme et regard perspicace.

Bricolage estival

Ana (Salomé Richard) rentre de Londres après avoir travaillée en régie sur un film. Retour à Strasbourg, sans perspective si ce n’est que de retrouver la famille et ses amis, avec aussi un ex dans les parages, Boris. Ana, qui doit retrouver un job, peu importe lequel, pourrait très bien retourner chez sa mère ou son père, ou encore son frère, qui l’accueille à bras ouvert, mais c’est chez sa grand mère, jouée avec malice et sensibilité par Claude Gensac qu’elle décide de s’installer. A défaut d’y voir clair pour son avenir, Ana trouve refuge dans ses racines, et ce n’est pas pour lézarder : alors que sa grand-mère doit séjourner à l’hôpital pour une opération, Ana se met en tête de refaire la salle de bain afin de remplacer la baignoire par une douche, plus sûre pour son ancêtre. Loin d’être une bricoleuse innée, Ana se montre débrouillarde, surtout pour faire appel à autrui. Ainsi débute sa mission estivale alors qu’elle renoue avec l’artiste fantasque et ténébreux Boris (Olivier Chantreau) malgré les mises en garde de son ami Simon (Swann Arlaud).

Ana est le personnage principal des deux premiers courts métrages de Rachel Lang, Pour toi je ferai bataille et Les Navets blancs empêchent de dormir. Il n’est pas nécessaire d’avoir vu ces derniers pour découvrir Baden Baden puisque ce sont des instants de vie différents qui sont saisis, sans continuité au-delà de l’actrice Salomé Richard qui interpelle par son charisme et sa spontanéité. Il a quelque chose de délicieusement espiègle chez elle, qui se confond déjà avec ce personnage, jeune femme qui n’écoute qu’elle-même. On lui critique ses cheveux courts, cela semble rentrer dans une oreille pour sortir par l’autre. On la complimente de sa robe à une soirée de fin de tournage, elle retrouve avec joie ses débardeurs trop grands et son short en jean dès le lendemain. Ana vogue, sans destination, et le film épouse rythmiquement ce mode vie : au gré des travaux dans la salle de bain, ce sont des rencontres et soirées qui composent le quotidien de la jeune femme, ainsi que les visites à l’hôpital. Il y a un peu de tout dans ce premier long métrage, du burlesque, de la sensualité, de l’humour et de l’émotion – en somme, beaucoup de vie pour une chronique sans narration guindée. Portrait d’une jeunesse qui cherche sa voie – ou sa voix, on ne sait guère –, Baden Baden célèbre aussi une vie d’insouciance au cours d’un été qui ressemble souvent à une parenthèse enchantée. On a qu’une envie, continuer à suivre Salomé Richard et Rachel Lang.

3.5 étoiles



Bonus du DVD : Interview de la réalisatrice Rachel Lang (6 min), interview de l’actrice Salomé Richard (6 min).
A noter la présence de deux pistes audio, en stéréo et 5.1 mais un souci d’encodage limite cette dernière aux enceintes frontales. Des sous-titres anglais sont disponibles.

 

Baden Baden

Film français, belge
Réalisatrice : Rachel Lang
Avec : Salomé Richard, Claude Gensac, Swann Arlaud, Olivier Chantreau, Zabou Breitman, Lazare Gousseau, Driss Ramdi
Scénario de : Rachel Lang, Julie Ghesquiere
Durée : 96 min
Genre : Comédie dramatique
Date de sortie en France : 4 mai 2016
Disponible en DVD et Blu-ray depuis le 6 décembre 2016
Distributeur : Jour2fête

Bande Annonce :

Article rédigé par Dom

Partagez cet article avec vos amis ou votre communauté :

Twitter Facebook Google Plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *