Fight Club 2, Tyler Durden de retour sur papier

Publié sous la forme de dix courts comics aux Etats-Unis, Fight Club 2 arrive en France dans une bande dessinée intégrale. Toujours sorti de la tête de Chuck Palahniuk, les aventures anarchistes du narrateur et de Tyler Durden prennent vie sous le coup de crayon de Cameron Stewart. Un petit régal pour les fans du roman original et de l’adaptation cinématographique de David Fincher.

C’est en 1996 que Chuck Palahniuk publia le roman devenu culte Fight Club. Adapté trois ans plus tard par David Fincher, ce n’est pas en salle qu’il rencontra le succès mais lors de sa sortie en vidéo. Si vingt années se sont écoulées, le récit reprend dix ans après la fin des événements du premier opus. Bien que le film de David Fincher soit une adaptation très fidèle au roman, le dernier acte diffère un peu sans pour autant modifier radicalement le message final de cette chronique délicieusement trash, cynique et nihiliste. Palahniuk prend en compte cette différence pour cette bande dessinée qui joue avec le lecteur avec son caractère prononcé de méta-histoire – mais je n’en dis pas plus. D’ailleurs, il est remarquable que cette donnée touche le style graphique puisque des éléments se positionnent parfois en surimpression des cases, obstruant certains dialogues : médicaments, pétales de rose et spermatozoïdes parcourent malicieusement ce nouveau récit dans lequel le narrateur, se faisant désormais appeler Sebastian, vit toujours avec Marla, avec laquelle il a eu un fils.

Chuck Palahniuk, Cameron Stewart / © Super 8

Chuck Palahniuk, Cameron Stewart / © Super 8

Précisons toutefois qu’il est indispensable d’avoir lu ou vu Fight Club avant de dévorer cet ouvrage, sous peine d’être perdu au milieu des personnages mais aussi de découvrir l’un des twists les plus cool de ces vingt dernières années. Si l’histoire reprend, c’est que Sebastian n’en a pas tout à fait fini avec Tyler Durden, cette entité qui s’empare de lui pour monter une armée s’insurgeant contre l’ordre établi, les Space Monkeys œuvrant pour le Projet Chaos. Dans sa nouvelle vie monotone, Sebastian s’ennuie, tout comme Marla qui veut retrouver la bête de sexe qui la faisait grimper au rideau : Tyler Durden. Elle traffique alors les médicaments de son compagnon dont le trouble identitaire ressurgira alors pour le pire, Tyler kidnappant leur progéniture. Face à ce démon incontrôlable qui n’avait pas tout à fait disparu, le couple va, chacun de son côté, tout mettre en œuvre pour retrouver leur enfant.

Chuck Palahniuk, Cameron Stewart / © Super 8

Chuck Palahniuk, Cameron Stewart / © Super 8

L’appréhension propre à la découverte d’une histoire qui suit une œuvre culte se dissipe très rapidement à la lecture de Fight Club 2. La BD travaille une fibre nostalgique sans s’y enfermer : on retrouve des personnages emblématiques ainsi que les groupes de soutien aux malades, qui deviendront une aide précieuse pour Marla dans sa quête. La dualité entre Sebastian et Tyler Durden ne fait que s’accroître ici puisque l’opposition entre les deux personnages, ou plutôt, les deux états d’esprit, est plantée dès le départ, constituant le moteur dramatique de cette histoire qui actualise et approfondit sa philosophie originelle. Doté d’un style graphique fort plaisant, Fight Club 2 se dresse comme un explosif cocktail de combats mentaux et physiques, cauchemar parsemé de sexe et de cancéreux combatifs ! Objet de malin plaisir mais aussi de réflexion de plus de 250 pages, Fight Club 2 porte un regard pénétrant sur notre triste société. Mais peut-être reste-t-il encore une once d’espoir à laquelle s’accrocher ?

 

Fight Club 2, de Chuck Palahniuk et Cameron Stewart, Super 8 Editions, disponible depuis le 28 avril 2016.

Article rédigé par Dom

Partagez cet article avec vos amis ou votre communauté :

Twitter Facebook Google Plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *