Critique : 10 Cloverfield Lane

Rares sont les petites surprises comme 10 Cloverfield Lane aujourd’hui. L’existence de ce premier long métrage, qui s’inscrit dans l’univers de Cloverfield, n’a été révélé qu’il y a deux mois seulement au travers d’une bande-annonce. Un film secret, à petit budget (cinq millions de dollars), qui débouche sur un thriller claustrophobique réussi avec une excellente Mary Elizabeth Winstead face à un John Goodman ambiguë.

Abri menaçant

Rappelons rapidement les faits, bien qu’il ne soit pas obligatoirement nécessaire d’avoir vu Cloverfield avant s’engouffrer dans l’abri de Howard (John Goodman). Réalisé par Matt Reeves en 2008, Cloverfield déclenchait l’apocalypse dans les rues de New-York dans un film de found footage, en caméra portée donc. Un film d’action immersif et prenant qui trouve ici une suite atypique puisque le lien s’effectue comme un héritage qui pose le décor et l’atmosphère du premier long métrage de Dan Trachtenberg. Tout débute par un accident de voiture, Michelle (Mary Elizabeth Winstead) se réveille alors enchaînée dans une chambre souterraine. Naturellement craintive, la jeune femme fait face à cet étrange homme joué par John Goodman, lui affirmant qu’il lui a sauvé la vie et qu’il n’est pas possible de rejoindre l’extérieur. Nourrie et soignée, Michelle se méfie toujours de son ravisseur/secoureur, même en découvrant un troisième résidant, Emmett (John Gallagher Jr.), ami de Howard venu se réfugier aussi : mais de quoi, exactement ?

10-cloverfield-lane-gallagher-winstead

Casting parfait avec un John Goodman aux intentions impossible à cerner, à la fois protecteur et psychopathe en puissance. Le physique du comédien joue aussi en la faveur de cette troublante ambivalence, entre le gros nounours sympathique et la brute prête à exploser. Avec sa volonté de s’échapper, Michelle ne cesse d’alimenter la tension avec celui qui l’a sortie de sa voiture accidentée. Même le cadre, étrangement chaleureux (et vaste) pour un abri souterrain contribue à cette sensation de menace. Ou serait-ce tout simplement l’oeuvre démesurée mais salvatrice d’un paranoïaque comme jouait Michael Shannon dans Take Shelter ? Extrêmement bien ficelé, ce film produit par J.J. Abrams reformule le huis clos claustrophobique par un cadre inédit, possible invasion extraterrestre ou bombardement nucléaire. Toujours porté sur la nécessité de sortir, quelle que soit les intentions de Howard, 10 Cloverfield Lane joue avec les certitudes de son héroïne et du spectateur. Mary Elizabeth Winstead compose un personnage fort, prête à tout pour survivre à des événements dont personne ne peut mesurer la gravité et l’envergure. Doté d’une mise en scène aussi soignée que la bande originale, 10 Cloverfield Lane se présente comme un film hybride qui mène à un chapitre final quelque peu abracadabrant, sans plomber le récit. Au contraire, on aimerait que cet univers continue de se développer dans des directions où on ne l’attend pas. Affaire à suivre ou non, 10 Cloverfield Lane est vivement recommandé.

3.5 étoiles

 

10-cloverfield-lane-affiche

10 Cloverfield Lane

Film américain
Réalisateur : Dan Trachtenberg
Avec : Mary Elizabeth Winstead, John Goodman, John Gallagher Jr.
Scénario de : , Matthew Stuecken, Damien Chazelle
Durée : 103 mn
Genre : Thriller, Science-fiction
Date de sortie en France : 16 mars 2016
Distributeur : Paramount Pictures France

Bande Annonce (VOST) :

Article rédigé par Dom

Partagez cet article avec vos amis ou votre communauté :

Twitter Facebook Google Plus

2 commentaires

  1. Je le sentais bien celui-ci. Merci, de confirmer. Je vais vite aller voir ça !

  2. Je n’étais demander justement si c’était le suite de Cloverfield en ayant vu le tire du film!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *