Critique : American Ultra

Second long métrage de Nima Nourizadeh, American Ultra est sorti discrètement au milieu du mois d’août malgré la présence de Jesse Eisenberg et Kristen Stewart. Un vrai désastre, qui n’avait pas besoin de passer par la case cinéma.

Mauvais programme

Mike (Jesse Eisenberg) et Phoebe (Kristen Stewart) sont un couple de stoners (adeptes à la marijuana) plutôt ordinaire. Certes, Mike est un peu maladroit avec sa compagne, mais l’amour porté par ce dernier est sincère et son travail dans un supermarché miteux n’est qu’un job alimentaire : il dessine un comic book avec des singes qui pourrait leur offrir de meilleurs lendemains. Mais Mike ignore qu’il fait partie d’un programme top secret de la CIA, c’est un « ultra », un américain standard entraîné pour devenir une vraie machine de guerre dans certaines conditions. Lors de l’arrêt du programme, Mike est pris pour cible par la CIA et le chaos gagne toute sa paisible ville. Sur cette base, le scénario de Max Landis (Chronicle) pouvait mener à une comédie d’action divertissante, mais la confrontation entre le couple et la CIA ne donne rien de concluant : l’agence américaine caricaturée avec des seconds rôles loin d’être convaincants (Connie Britton, Topher Grace, Walton Goggins) ressemble plus à un gang en roue libre qu’une puissante organisation de l’ombre. Encore qu’un délire décomplexé aurait pu débuter si seulement la mise en scène de Nima Nourizadeh avait quelque chose de percutant à proposer, hormis quelques confrontations où la moindre idée comique tombe à l’eau et qu’en matière d’effets spéciaux, la série B fauchée soit presque toujours convoquée. Nima Nourizadeh, on le connaît pour Projet X, un film bête et idiot en found footage mais qui avait le mérite d’être assez drôle en maîtrisant son concept potache.

american-ultra

Dans American Ultra, rien ne permet au film de décoller dans son trip destructeur aperçu en vitesse rapide en guise d’ouverture. Bien que le duo Kristen Stewart/Jesse Eisenberg fonctionne – la sauce prenait déjà dans Adventureland –, il est difficile de se soucier du devenir de leurs personnages, pris dans une mécanique sans dynamisme ni consistance. Même l’idée de rapprocher l’homme du singe, qui s’alimente tout au long du film pour atteindre son paroxysme dans le dernier chapitre, reste au stade du concept inabouti, du moins sans aucun impact. Reste alors une histoire de couple guère savoureuse, même avec des ressorts scénaristiques visant à bousculer les protagonistes. Au final, American Ultra se traverse dans la douleur de quelques sourires forcés face à un programme ultra raté.

1

 

american-ultra-affiche

American Ultra

Film américain
Réalisateur : Nima Nourizadeh
Avec : Kristen Stewart, Jesse Eisenberg, Connie Britton, Topher Grace, Walton Goggins
Scénario de :
Durée : 96 min
Genre : Comédie, Action
Date de sortie en France : 19 août 2015
Distributeur : Metropolitan FilmExport

Bande Annonce (VOST) :

Article rédigé par Dom

Partagez cet article avec vos amis ou votre communauté :

Twitter Facebook Google Plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *