Leaving Las Vegas

leaving-las-vegas-1

Au cinéma, Las Vegas est souvent associée à Casino, Las Vegas Parano ou encore Very Bad Trip. Pourtant, la capitale mondiale du jeu érigée dans le Nevada n’est pas que le repère de gangsters, de fêtards invétérés et de chanceux capable de toucher le jackpot au blackjack ou bien au poker. Petit focus sur un film soufflant bientôt sa 20ème bougie : Leaving Las Vegas.

Dans Leaving Las Vegas, le réalisateur Mike Figgis explore le plus glauque de la ville du péché avec deux marginaux sérieusement amochés par la vie. Ben (Nicolas Cage) boit, excessivement, à en croire que l’alcool a entièrement remplacé le sang dans ses veines. Il a perdu sa femme et c’est au tour de son job de disparaître. Mais tant qu’il aura des billets verts, il aura des bouteilles, et tant qu’il sera saoul, il se sentira bien. Il quitte Los Angeles pour Las Vegas où il va continuer sa routine d’auto-destruction et rencontre alors Sera (Elisabeth Shue), une prostituée qui vient de fuir son maquereau. Couple improbable, Sera tombe sous le charme de cet homme qui s’autodétruit avec autodérision. Dès lors une nouvelle vie peut-elle être espérée ?

leaving-las-vegas2

Mike Figgis construit ici un portrait dur et poignant d’une prostituée s’énamourant d’un alcoolo au bout du rouleau, en chute libre dans une ville qui n’offre pas plus de limites que le désert l’encerclant. Sans jamais sombrer dans le pathos et grâce à l’interprétation magistrale de Nicolas Cage, qui lui permettra d’obtenir un Oscar, Leaving Las Vegas se classe dans les incontournables parfois oubliés de la ville qui ne dort jamais.

Article rédigé en collaboration avec Jule
Article rédigé par Dom

Partagez cet article avec vos amis ou votre communauté :

Twitter Facebook Google Plus

Les commentaires sont fermés