[Critique] Les Garçons et Guillaume, à table ! (Guillaume Gallienne)

garcons-guillaume-table

Guillaume Gallienne passe derrière les caméras et adapte sa propre pièce de théâtre, Les Garçons et Guillaume, à table ! Chaleureusement accueillie à la Quinzaine des Réalisateurs à Cannes au mois de mai dernier, cette comédie sur la sexualité de son auteur se montre savoureuse.

Guillaume le conquérant

Guillaume est un conquérant, un vrai : c’est sa propre identité sexuelle qu’il a recherché et trouvé au bout de nombreuses péripéties, expériences et séances d’analyse chez différents psy. Malgré la légèreté, l’humour et l’auto-dérision, Guillaume Gallienne prolonge une courageuse mise à nu qui a débuté sur les planches. Depuis l’enfance, sa mère l’a toujours considéré comme une fille. Moins viril que ses frères, adoptant les manières de sa mère et jouant à l’impératrice Sissi à l’abri des regards dans sa chambre, Guillaume s’interrogeait sur lui-même sans réellement en souffrir, si ce n’est que la réussite auprès de la gent masculine n’était pas tout à fait au rendez-vous. Gallienne joue naturellement son propre rôle mais aussi celui de sa mère – on connaissait déjà sa capacité à se travestir avec ses sketchs sur Canal + –, et le simple fait de le voir déambuler dans ses souvenirs avec ce double rôle construit déjà, en chaque situation, une base comique. Avec le voyage en Espagne qui ouvre le film, le travestissement et l’ode aux femmes dans lequel Gallienne se lancera plus tard, l’univers cinématographique du membre de la Comédie-Française n’est pas sans rappeler celui de Pedro Almodóvar dans de nombreuses séquences. Cette façon ludique d’aborder la relation mère-fils – ou mère-fille – et de jouer constamment avec une homosexualité sous-entendue mais jamais affirmée donne lieu à un voyage introspectif drôle, intelligent et surtout sincère.

garcons-guillaume-table-2

Avec une grande fluidité et un vrai sens du rythme, Les Garçons et Guillaume, à table ! navigue du passé au présent qui se déroule justement au théâtre, espace scénique qui se situe quelque part entre le refuge et le cabinet d’auto-analyse, où confessions et réflexions sont lancées au spectateur. Certes, au-delà de la première moitié du film, certaines scènes apparaissent comme de simples sketchs humoristiques et ne font pas toujours mouche, comme avec les apparitions de Diane Kruger et Reda Kateb, mais sur l’ensemble Gallienne démontre son aisance dans le registre comique à tous les niveaux, avec une adresse remarquable pour les dialogues. D’aucuns pourront qualifier le film d’outrancièrement égocentrique, et pourtant, le cheminement emprunté par Gallienne s’avère assez universel malgré sa classe sociale aisée : c’est la finalité qui est à la portée de tous. Entre une déclaration d’amour à sa mère et un acte d’émancipation, le comédien et réalisateur parvient à mettre le doigt sur la racine de ses troubles. Les Garçons et Guillaume, à table ! c’est un questionnement sur l’identité sexuelle savoureusement allégé par cette volonté de rire de son propre parcours, de tourner une problématique dans tous les sens jusqu’à lui ôter toute charge dramatique qu’elle aurait pu véhiculer. Homosexuel ou hétérosexuel, deux termes qui finalement n’ont guère d’importance, l’essentiel, c’est d’être bien dans sa peau, bien dans son genre et trouver chaussure à son pied. Séduisante comédie, monsieur Gallienne.

3.5 étoiles

 

Les Garçons et Guillaume, à table !

garcons-guillaume-table-afficheFilm français
Réalisateur : Guillaume Gallienne
Avec : Guillaume Gallienne, André Marcon, François Fabian, Nanou Garcia, Diane Kruger, Reda Kateb
Scénario de :
Durée : 85 min
Genre : Comédie
Date de sortie en France : 20 novembre 2013
Distributeur : Gaumont Distribution


Bande Annonce :

Article rédigé par Dom

Partagez cet article avec vos amis ou votre communauté :

Twitter Facebook Google Plus

Un commentaire

  1. J’ai apprécié ce film alors que je ne m’y attendais pas du tout !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *