[Critique] Argo (Ben Affleck)

Ben Affleck se plait désormais autant devant que derrière la caméra. Pour son troisième long-métrage comme réalisateur, il enfile également la casquette de producteur et s’empare du rôle principal, à partir d’un scénario en or glissé dans ses mains par George Clooney. Argo, une mission classée top secret jusqu’en 1997 par la CIA aurait tout de la fiction farfelue si elle n’était pas une histoire belle et bien véridique. Récit d’une opération de sauvetage hallucinante.

Hollywood à la rescousse

A l’aube des années 1980, les tensions explosent en Iran face à la politique extérieure américaine visant à défendre ses intérêts dans un pays où le pétrole prolifère. Le 4 novembre 1979, le peuple en colère s’empare des locaux de l’ambassade américaine, prenant en otage les employés à l’exception de six personnes, parvenues à s’échapper pour trouver refuge à l’ambassade canadienne. Un bras de fer débute entre le gouvernement américain et les révolutionnaires, tandis que la menace grandit sur les six américains, pouvant compter sur une exécution expéditive en cas de capture. Dans ce contexte politique orageux, l’arrivée dans les bureaux de la CIA n’aurait jamais laissé présager à l’emploi d’un ton humoristique face à cette affaire. C’est pourtant là où se dirige ce film hybride, à la croisée du thriller et de la parodie, sous fond d’évènement historique. La parodie procède de l’opération hallucinante mise en place par Tony Mendez (Ben Affleck) afin d’exfiltrer les six américains terrés dans l’ambassade du Canada : puisque toute couverture classique – professeurs ou journalistes à rapatrier – ne pouvait être envisagée, il proposa de faire passer les six réfugiés pour une équipe de tournage en repérage au Moyen-Orient pour la production d’un film de science-fiction baptisé Argo. Afin d’accroitre ses chances de réussite, Tony se voit dans l’obligation de solliciter des producteurs ainsi que la presse pour donner de la crédibilité et de la visibilité à son faux film, au scénario de navet, tout en impliquant un minimum de personnes dans la supercherie.

Esthétiquement, la photographie de Rodrigo Prieto cherche à renouer avec les pellicules des années 1970, au grain très prononcé. Toutefois, cette volonté de ramener le spectateur plus de trente ans dans le passé est diminuée par l’emploi répété de caméras numériques et des cadres en caméra portée adoptant les tics des faux documentaires contemporains. Affleck a déjà montré ses qualités de directeur d’acteur dans ses précédents films, celui-ci ne déroge pas à la règle, avec John Goodman et Alan Arkin assurant le show du côté d’Hollywood, ses agents de la CIA convaincants – excellent Bryan Cranston en second rôle –, ses réfugiés américains à la détresse palpable, et au centre de cette mission incroyable, lui-même, efficace. Une efficacité que Ben Affleck peine à appliquer dans sa mise en scène, sans nul doute le point le plus faible de ce long-métrage aux cadres trop serrés sur les acteurs, en toute situation. Pourquoi ne pas reléguer la réalisation à un camarade alors qu’il s’attribue déjà le beau rôle de l’aventure ? Si la grammaire cinématographique de l’acteur-réalisateur se montre peu enthousiasmante, Argo compense cette lacune par son scénario captivant, son montage réussi, et son humour qui cherche à nous détourner d’un drame inévitable dans cette opération de sauvetage qui tient du suicide. Peu de répit est accordé au spectateur tant le sentiment d’urgence et de menace se déploie au fil des minutes pour resserrer l’étau de la fatalité.

Point d’excès de patriotisme ici puisque l’accent est placé sur la collaboration entre les peuples, en évitant tout manichéisme, et le sens exceptionnel du sacrifice pour autrui qu’affiche Tony Mendez. Cette palpitante mission alliant la CIA à Hollywood doit aussi son caractère anxiogène à la bande originale d’Alexandre Desplat, travaillant la tension et l’émotion avec des sonorités orientales sans tomber dans les accompagnements clichés. Argo réussit un impressionnant numéro d’équilibriste, happant le spectateur dans une opération étouffante de risques, tout en concédant quelques bouffées d’oxygène avec ses pointes d’humour. Un concentré de suspense incroyable et épatant.

4 étoiles

Remerciements : AlloCiné

 

Argo

Film américain
Réalisateur : Ben Affleck
Avec : Ben Affleck, Bryan Cranston, Alan Arkin, John Goodman, Clea DuVall, Victor Garber, Tate Donovan, Chris Messina, Kyle Chandler
Scénario de : Chris Terrio
Durée : 120 min
Genre : Thriller, Drame
Date de sortie en France : 7 novembre 2012
Distributeur : Warner Bros. France


Bande Annonce (VOST) :

Article rédigé par Dom

Partagez cet article avec vos amis ou votre communauté :

Twitter Facebook Google Plus

2 commentaires

  1. bof pas si terrible que ça..

  2. Et pourquoi Armondo ? N’hésitez pas à faire part de votre point de vue.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *