[Test Blu-ray] La Ligne Rouge (Terrence Malick)

Fiche Technique :

La Ligne Rouge (1998) réalisé par Terrence Malick
Avec : James Caviezel, Sean Penn, Nick Nolte, Elias Koteas, John C. Reilly, Woody Harrelson, John Travolta, Jared Leto, John Cusack, Adrien Brody, George Clooney
Titre original : The Thin Red Line
Durée : 170 min
Genre : Guerre, Drame, Action
Blu-ray testé : Edition française – Région B
Pistes Audio : Anglais DTS-HD Master Audio 5.1 ; Français DTS 5.1 ; Espagnol, Portugais Dolby Digital 5.1
Sous-titres : Français, Anglais pour sourds et malentendants, Espagnol, Portugais, Danois, Néerlandais, Finnois, Norvégien, Suédois
Format d’image : 2.35:1
Codec : MPEG-4 AVC
Résolution : 1080p
Editeur : 20th Century Fox

 

La trame :

Le destin d’un groupe de soldats américains au cours de la bataille de Guadalcanal durant la Seconde Guerre Mondiale.

Mini-critique :

Aucun autre film de guerre ne peut se targuer d’exposer une telle poésie, de développer une telle réflexion métaphysique sur la nature, les affrontements et la mort, inévitable. La Ligne Rouge est un film d’une densité aussi incroyable que son casting qui compte dans ses rangs de grands noms n’apparaissant qu’une poignée de minutes, comme John Travolta et George Clooney, et d’autres encore, coupés au montage, comme Bill Pullman et Mickey Rourke.
Terrence Malick explore la psyché de soldats de différents grades à trois stades de la bataille de Guadalcanal : avant l’assaut de l’île, au cours du combat – la prise d’une colline –, et dans la prolongation du conflit. Cette exploration passe avant tout par la voix-off de chacun, les échanges verbaux, en dehors des ordres de combat, étant rares. La guerre se retrouve abordée par le prisme de la nature, une nature sublimée par des cadrages et un montage qui permettent de s’imprégner de toute sa beauté… et de son horreur. Comment les hommes, enfants de la nature, arrivent à se massacrer ainsi est une question qui taraude Witt (James Caviezel), un soldat qui s’est retrouvé brancardier pour avoir déserté son bataillon et qui sera la figure la plus récurrente du long-métrage.
Malgré ses segments contemplatifs, La Ligne Rouge reste un film de guerre, abordant les thématiques communes du genre – héroïsme, sacrifice, commandement inhumain, etc. -, et ne négligeant pas les combats, violents et nerveux, toujours marqués par la sensibilité si particulière de Terrence Malick. Simple exemple : deux éclaireurs sont abattus par l’ennemi camouflé ; le vent se lève et le soleil embrasse les hautes herbes où viennent de périr les deux soldats – parfait contraste entre l’horreur et la beauté !
La Ligne Rouge est une œuvre de cinéma fascinante à chaque instant.

Bande annonce (VOST) :

 

Le Blu-ray

– Image :

Ce transfert haute définition de La Ligne Rouge est sublime, il renvoie directement le DVD à l’âge de pierre. La photographie signée John Toll est à l’honneur, la profondeur de champ est généreuse en détail et la saturation des couleurs est idéale. Des plans fugaces sur des oiseaux exotiques surprennent par leur beauté. Néanmoins, certaines faiblesses apparaissent dans les contrastes et les noirs, rien de calamiteux mais plusieurs scènes se montrent moins réussies sur ces critères.

– Son :

Seule la piste en VO est testée.
Terrence Malick a déclaré qu’il s’agit d’un film à regarder avec un volume sonore très élevé… de quoi faire trembler tout le quartier lors des attaques, tirs de mitrailleuses et pilonnages intensifs qui utilisent toute la puissance de l’équipement audio. Les passages de quiétude sont également de qualité grâce à des ambiances sonores discrètes mais tirant partie de la spatialisation. Le canal des voix est irréprochable, avec les voix-off naturellement mises en avant sur les dialogues.

– Bonus :

Il semblerait qu’il y a un problème d’affichage des sous-titres des bonus (hormis les commentaires audio), se retrouvant en dehors de l’écran. Un problème constaté par d’autres testeurs avec différentes platines mais difficile de savoir s’il s’agit d’un problème de firmware ou d’un problème inhérent au disque.
Tous les bonus sont en définition standard.

– Commentaires audio de Jack Fisk (Directeur artistique), Grant Hill (producteur) et John Toll (Directeur de la photographie).
– La Ligne Rouge : point de vue des acteurs (23:20).
– Montage de la Ligne Rouge : donner forme au film de Terrence Malick (24:32).
– Hans Zimmer à propos de La Ligne Rouge (16:28).
– Scènes inédites. Durée totale : 13:36. Witt et Storm éméchés ; Escadron volontaire ; Mazzi éméché ; Beade tue un soldat japonais ; Witt et le sniper (interprété par Mickey Rourke) ; Prisonnier de guerre japonais ; Bell et Bosche ; Fife rentre à la maison.
– Guadalcanal aux actualités de l’époque. Durée totale : 15:21. La bataille des Salomon ; Les Nations Unies écrasent les japonais dans le Pacifique Sud ; Les marines repoussent les troupes japonaises à Guadalcanal ; les vaisseaux japonais à Guadalcanal ; Guadalcanal victory garden
– Bande-annonce.

 

Film :
4.5 étoiles
Image:
4.5 étoiles
Son :
5 étoiles
Bonus :
3.5 étoile
Avis Global :
5 étoiles
Article rédigé par Dom

Partagez cet article avec vos amis ou votre communauté :

Twitter Facebook Google Plus

3 commentaires

  1. faudrait que je le revois çui-là ! je ne l’ai pas revu depuis sa sortie, c’était ma 1ère fois avec malick et je pense que j’étais trop jeune pour y etre vraiment sensible… et « la balade sauvage » qui ressort dans les salles la semaine prochaine !!

  2. Eh bien tout comme toi, je l’avais vu à sa sortie – enfin, en DVD – et c’était ma première expérience avec le cinéma de Malick. Le film m’avait laissé une forte impression mais je ne me souvenais pas vraiment de son atmosphère. J’aimerai bien qu’un distributeur français ait le courage de sortir en blu-ray Les Moissons du Ciel (dispo aux Etats-Unis) et La Balade Sauvage.

  3. C’est son chef-d’oeuvre absolu, point final. Il est d’une évidence et d’une puissance rares, tellement précieux qu’il serait tout à fait envisageable de voir dans ses 2 premiers essais, des répétitions de luxe avant la création de ce feu d’artifice.

    Ce film me quitte jamais, je le place aisément parmi les 100 plus grands films de l’histoire du cinéma.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *