Critique : Mon Beau-père et Nous (Paul Weitz)

Mon Beau-père et Nous

Mon Beau-père et Nous

Film américain
Réalisateur : Paul Weitz
Avec : Ben Stiller, Robert De Niro, Owen Wilson, Jessica Alba, Harvey Keitel, Laura Dern, Dustin Hoffman, Barbra Streisand, Teri Polo, Blythe Danner
Titre original : Little Fockers
Scénario de : John Hamburg, Larry Stuckey
Directeur de la photographie : Remi Adefarasin
Monteur : Greg Hayden, Leslie Jones, Myron I. Kerstein
Durée : 98 mn
Genre : Comédie
Date de sortie en France : 22 décembre 2010

 

 

 

 

La trame :

Les Byrnes et les Fockers s’apprêtent à être réunis pour l’anniversaire des jumeaux de Greg et Pam.

 

Bande Annonce (VOST) :

 

Critique

Troisième volet de la saga de comédies familiales des « Fockers » (jeu de mot sur « fucker », traduit par « Furniker » en français), Mon Beau-père et Nous propose de retrouver la sympathique bande d’acteurs des deux derniers opus, rejoint par des petits nouveaux : Jessica Alba, Harvey Keitel et Laura Dern. Les deux premiers épisodes tournaient autour des relations conflictuelles procédant de l’agrandissement familial par le mariage. Ainsi, Greg Focker (Ben Stiller) devait gagner la confiance de son futur beau-père, Jack Byrnes (Robert De Niro), un ex-agent de la CIA méfiant, carré et féru de technologie dans Mon Beau-père et Moi. Le second opus visitait la rencontre des parents des mariés ; à savoir, le couple fantastique et improbable Dustin Hoffman / Barbra Streisand (les Fockers) avec Robert De Niro / Blythe Danner (les Byrnes).

Ce troisième métrage démarre avec un lourd handicap : tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles. Greg et Pam ont eu des enfants, des jumeaux, et c’est leur fête d’anniversaire qui sert de prétexte à une réunion familiale.
Cinq années se sont donc écoulées. Greg, toujours infirmier, a gagné en responsabilité et dirige son propre service, ce qui va l’amener à rencontrer Andi Garcia, homonyme du célèbre acteur américain, mais loin de présenter des traits semblables puisque c’est Jessica Alba qui tient ce rôle. Cette dernière, aussi poilante que charmante, souhaite promouvoir une pilule miracle, le Sustengo, un dérivé du viagra sans effets néfastes sur le cœur, grâce à l’influence de Greg dans son secteur. Cette pétillante femme qui débarque dans sa vie va être la source de nouveaux conflits avec son beau-père, qui voit pourtant en lui, la personne idéale pour protéger la famille s’il devait disparaître.

Le casting de Mon Beau-père et Nous est le plus chargé et impressionnant de la série. Conséquence directe : ce joli petit monde se retrouve dilué sur toute la longueur du film. Owen Wilson, l’ex-petit ami idéal de Pam Fockers, revient sur les devants de la scène pour présenter, encore une fois, un danger potentiel pour Greg, incapable de déployer autant de qualités humaines et sociales. Des nouveaux venus, Jessica Alba est la seule à trouver un rôle conséquent ; Laura Dern, en directrice d’une école maternelle d’élite et Harvey Keitel, chef de chantier dilettantiste, apparaissent épisodiquement. C’est d’autant plus dommage qu’une confrontation entre De Niro et Keitel, qui s’étaient côtoyés dans les premiers Scorsese (Mean Streets et Taxi Driver), manque de se concrétiser en une scène remarquable. Quant à Hoffman et Streisand, qui illuminaient Mon Beau-père, mes parents et moi, ils se retrouvent relayés au rang de simples seconds couteaux.

La narration et le comique n’ont pas changé de trajectoire : c’est une chronique familiale, pleine de bons sentiments, alternant humour potache et comique plus fin. Mais les sketchs prêtent moins à sourire qu’auparavant et certains gags sont sabotés au montage, s’éclipsant subitement pour la scène suivante dès leur chute. Nul doute que le passage de flambeau de Jay Roach, réalisateur des deux premiers, à Paul Weitz et l’absence du scénariste Jim Herzfeld placent, qualitativement, Mon Beau-père et Nous en-dessous de ses prédécesseurs.
Les amateurs de Ben Stiller et de Robert De Niro trouveront toutefois leur compte, surtout lorsque la confiance du beau-père disparaitra pour amener les deux hommes à se battre dans une scène exceptionnelle – aperçue dans la bande-annonce –, seul point culminant parmi les errances de cet épisode qui manque de cocasserie.

Note : 5/10

Article rédigé par Dom

Partagez cet article avec vos amis ou votre communauté :

Twitter Facebook Google Plus

7 commentaires

  1. Pourquoi il n’y a que de la merde en cette fin d’année? Entre Narnia, Megamind, Skyline, Mon Beau père et nous….Franchement, il y a de quoi péter un câble!!!

    Ce qui me déprime le plus dans cette saga c’est quand même De niro qui baisse fortement dans mon estime et ce n’est pas Machete qui a arrangé son cas!!!

  2. Ouais, c’est assez morne ; à l’image de l’année 2010 !

    Apparemment, d’après ce que j’ai lu, De Niro aime beaucoup jouer dans la série des Fockers. Mais de toute façon, on va bientôt le revoir avec Joe Pesci sous la direction de Scorsese et ça, ça risque d’être très bon !

  3. 5/10, dommage mais on s’en doutait un peu. 2010 a quand même proposé Inception, rien que ça, c’est une bonne année ^^.

  4. J’avais hâte de retrouver Stiller et De Niro dans ce 3ème opus mais là tu m’as un peu refroidi…

  5. Le moins bon des trois, mais tu peux toujours tenter !

  6. Moi je mets 10000/10 !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
    J’ai été le voir 4 fois ! j’ai adorée je pense meme que j’irai le voir une 5eme fois 🙂
    Je le conseil car il est tres comique, quelsque passages que j’ai adoré: la bagare dans le chateau gonflable, dans la piscine a boules, surtout, et aussi a l’entretiens des enfants pour la nouvelle ecole…. mais j’ai tout aimer
    Les deux precedents m’avais egallement bcp plu… 😀
    Les acteurs jouent tres bien j’adore Robert de Niro qui m’a fait bcp rire 😀
    Ben Stiller aussi m’a fait rire :DD
    Voila je vous conseil d’aller le voir vous ne serez pas deçu =)))))
    Bizz a tous !!!!!!!!

  7. Merci pour ce message plus qu’enthousiaste Juliette !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *