Test Blu-ray : Psycho (Alfred Hitchcock)

Psycho - Psychose

Fiche Technique :
Psycho (1960) réalisé par Alfred Hithcock
Avec : Anthony Perkins, Vera Miles, Janet Leigh, John Gavin, Martin Balsam
Titre français : Psychose
Durée : 109 mn
Genre : Thriller, Epouvante
Blu-ray testé : Région B (édition britannique)
Pistes Audio : Anglais DTS-HD Master Audio 5.1 ; Français, Italien, Espagnol, Allemand, Japonais Mono 2.0
Sous-titres : Français, Anglais pour sourds et malentendants, Allemand, Italien, Espagnol, Danois, Néerlandais, Finois, Grec, Norvégien, Portugais, Suédois, Japonais, Cantonais, Mandarin traditionnel, Coréen
Format d’image : 1.85:1
Codec : VC-1
Résolution : 1080p
Editeur : Universal

 

Synopsis :
Marion Crane voudrait changer de vie et partir avec son amant, retenu par des problèmes financiers. Lorsque son patron lui confie 40 000 dollars à déposer à la banque pour un client, elle saisit l’occasion pour fuir. Recherchée par la police, Marion trouve refuge dans un petit hôtel tenu par Norman Bates, un jeune homme sous le joug d’une terrible mère.

Mini-critique :
Un classique, un film culte, un chef-d’œuvre – qualifiez Psycho du superlatif que vous préférez. Passé dans l’inconscient collectif, notamment grâce à sa fameuse scène de la douche, Psycho est une fontaine d’inspiration pour les cinéastes des générations suivantes (comme de nombreux film d’Hitchcock quand on se penche sur la question) car il regorge de plans et séquences exemplaires. Marion Cane, personnage central interprété par une Janet Leigh en plein désarroi, nous entraine dans sa cavale jusqu’au Bates Motel où elle rencontre le mystérieux et bienveillant gérant Norman Bates (Anthony Perkins qui gardera ce rôle sur son visage pour toujours), tout l’opposé de sa mère que l’on entend depuis la lugubre maison qui domine l’hôtel. Soudain, nous perdons l’héroïne avant la fin du film, laissant le spectateur orphelin ; car en plus de déployer une mise en scène magistrale où la caméra trouve toujours le placement idéal pour propager idées et émotions, Hitchcock se permet d’exploser les codes de la narration pour rendre son thriller horrifique on ne peut plus unique. Un crime a eu lieu, il n’est plus question d’argent ni de fuir la police mais de retrouver Marion sans déguster la lame du meurtrier. Le suspense et la tension grimpent alors jusqu’au surprenant dénouement… Au risque de me répéter, Psycho est un classique !

Bande annonce (VO) :

 

Le Blu-ray

– Image :
Psycho est-il vraiment un film de 1960 ? C’est la question que l’on se pose immédiatement face à ce transfert. Le niveau de détail est excellent, le piqué d’une précision extrême sur les gros plans. Le noir et blanc affiché est superbe, le film se dote ici d’une seconde vie. De plus, le grain n’a pas été gommé, laissant à Psycho son aspect rétro. Seul « défaut », la présence de poussières et petits artefacts tout au long du métrage. Je suppose que techniquement, il a été préférable de les laisser pour ne pas nuire à la qualité générale de l’image.
– Son :
Seule la piste en VO est testée.
Joli travail effectué sur la piste audio. Parvenir à obtenir une piste 5.1 d’aussi bonne facture, parfaitement mixée, à partir d’une piste mono prouve qu’un soin tout particulier a été apporté à cette édition blu-ray. Le canal des voix est excellent, les musiques stridentes et angoissantes de Bernard Herrman sonnent comme des enregistrements modernes et les effets, propres à l’époque, sont restitués comme ils se doivent. Les puristes peuvent également choisir ici la piste mono d’origine.
– Bonus :
Sauf précision, les bonus sont en définition standard.
– Making-of (1H34). Interviews, images d’archives, extraits du film – très complet.
– Dans l’ombre du maitre : l’héritage d’Hitchcock (25:58). Documentaire sur l’influence d’Hitchcock sur le cinéma, composé d’interviews de cinéastes (Scorsese, Carpenter, Carnahan, del Toro…) et techniciens divers ainsi que de nombreux extraits de film.
– Interview d’Hitchcock par Truffaut (15:02)
– Actualités : la sortie de Psycho (7:45). Reportage fort intéressant sur la sortie du film en salles.
– La scène de la douche, avec et sans musique (2:30)
– La séquence de la douche : storyboards de Saul Bass (4:10)
– Le son de Psycho (9:57), en HD. Documentaire sur la façon d’obtenir un mix 5.1 à partir d’une bande mono.
– Les archives de Psycho (7:48)
– Affiches et publicités de Psycho (3:00)
– Affichettes (1:30)
– Photographies dans les coulisses (8:00)
– Photos publicitaires (8:30)
– Bande-annonce (6:35)
– Bandes-annonces pour la resortie du film (1:50)
– Alfred Hitchcock présente « Le tueur se met à table » (26:08). Court métrage de la série « Alfred Hitchcock presents »
– Commentaire audio de Stephen Rebello, auteur de « Alfred Hitchcock and the Making of Psycho »
Annotations :
Cette édition britannique est disponible dans un joli boitier Steelbook noir, malgré l’étrange apparence de Marion Crane, légèrement floue. Le boitier abrite un petit livret sur le film.
Ah, un détail amusant, au lancement du blu-ray, il y a un message de remerciement pour l’achat effectué ; voilà quelque chose de bien plus agréable à voir que le traditionnel message long et agaçant sur le téléchargement et le vol, message que les pirates ne voient pas puisqu’ils n’ont pas acheté le disque !
Conclusion :
Pour le cinquantenaire de Psycho, Universal nous gratifie d’une restauration superbe et exemplaire, accompagnée de bonus très complets ; on aimerait voir plus de classiques venir se faire une cure de jouvence en HD, surtout lorsqu’ils sont traités avec autant de soin. Psycho, le thriller culte d’Alfred Hitchcock, est un indispensable en blu-ray.
Notes :
Film : 9/10
Image : 4,5/5
Son : 4/5
Bonus : 5/5

Avis global : 10/10

Disponible également dans une édition française techniquement similaire depuis le 19 Octobre (à la différence que le disque n’est pas dans un boitier steelbook) :

Article rédigé par Dom

Partagez cet article avec vos amis ou votre communauté :

Twitter Facebook Google Plus

5 commentaires

  1. je ne jugerai pas le blu ray car je ne suis pas encore équipé. (ben non!) mais j’ai revu le film il y a quelques mois, toujours aussi impeccable. Et même en dvd, l’image est d’une précision qu’on sent là toute l’implication d’Hitchcock dans la qualité de la pellicule.

  2. J’ai mis du temps à me mettre au blu-ray, l’avantage c’est que tu arrives ensuite avec un catalogue plus conséquent et de nombreux films à petits prix.
    J’ai découvert dans les bonus de Psycho que le dernier combat de La Motta dans Raging Bull, lorsqu’il va se faire achever dans les cordes, est monté exactement comme l’attaque sous la douche de Psycho, plan pour plan. Jamais je n’aurais réussi à les mettre en parallèle et pourtant, lorsque tu les vois comparés, c’est d’une évidence ! Tu le savais ?

  3. ah excellent comme truc! non je ne savais pas, la classe!

  4. « Je suppose que techniquement, il a été préférable de les laisser pour ne pas nuire à la qualité générale de l’image. »

    Non, c’est juste une histoire de budget. Restaurer coûte cher, et le distributeur du blu-ray ne paie qu’un certain nombre d’heures…Parfois dommage.
    Les Chaplin devraient sortir bientôt au fait…

    (je bosse dans un labo)

  5. Ah, si c’est une histoire d’argent, c’est vrai que c’est dommage. Enfin bon, le transfert reste excellent.
    J’ai entendu parler de la sortie des Chaplin, mais il me semble que le coffret sera à un prix exorbitant en France.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *