Critique : Salt (Philip Noyce)

Salt - Angelina Jolie

Salt

Film américain
Réalisateur : Philip Noyce
Avec : Angelina Jolie, Liev Schreiber, Chiwetel Ejiofor
Scénario de : Kurt Wimmer
Directeur de la photographie : Robert Elswit
Monteurs : Stuart Baird, John Gilroy, Steven Kemper
Durée : 101 mn
Genre : Thriller, Action
Date de sortie en France : 25 Août 2010

 

 

 

 

 

La trame :

La vie d’Evelyn Salt, agent de la CIA, bascule le jour où un agent secret russe l’accuse d’être infiltrée aux Etats-Unis pour assassiner le président russe lors d’une visite officielle.

 

Bande Annonce (VOST) :

 

Critique

Un jour, j’avais entendu Angelina Jolie dire – non, pas en personne – qu’elle ne ferait plus de film d’action, maintenant mère de X enfants (X étant une variable évoluant d’une unité lorsque le solstice d’hiver tombe un jour pair), elle souhaitait raccrocher avec ces films violents et indécents que ses protégés ne devraient pas regarder. En voyant Salt, on regrette qu’elle ne tienne pas sa parole.

Salt - Angelina Jolie 2

America versus Russia

Dans Salt, la guerre froide semble loin d’être terminée, les vilains communistes avaient préparé un fourbe plan contre l’oncle Sam sur le long terme : ils ont entrainé toute une armée de gamins à foutre la zizanie aux Etats-Unis un fameux Jour X, une fois bien infiltrés à des postes clefs dans des hauts lieux tels que la CIA. Ca me rappelle la trame de l’avant dernier bouquin de Chuck Palahniuk, Pygmy, dans lequel des gamins vivants dans un pays totalitaire (inconnu) sont entrainés et élevés dans la haine des Etats-unis, avant d’y être placés en famille d’accueil et de lancer leur terrible attaque. Sauf que Palahniuk manipule le cynisme et l’humour noir comme un orfèvre et que ses personnages dérangés mais profondément humains, sont en quête d’affection. Ici, peu de place aux sentiments, si ce n’est quelques flashbacks entre Salt et son mari allemand et arachnologue (un détail qui a son importance), tournés à la façon de l’interminable série américaine exportée dans le monde entier : Les Feux de l’Amour. La malheureuse Salt fait partie de cette bande de gamins qui furent entrainés pour foutre le dawa aux USA selon les dire d’un espion russe. D’entrée de jeu, les mecs de la CIA le croient sur parole, il faut donc arrêter Salt qui fuit pour rejoindre son mari. Et Salt, pour l’arrêter, ce n’est pas une mince affaire !

Qui est Salt ?

Salt, c’est Angelina Jolie avec une coloration blonde. Salt court vite. Salt, peut fabriquer des explosifs plus facilement que McGyver. Salt court très vite. Salt, peut faire des chutes vertigineuses et retomber sur ses pattes comme un chat. Salt court très très vite. Salt, a son permis moto. Salt, bastonne des armoires à glace sans perdre son look L’Oréal, parce qu’elle le vaut bien. Salt, flingue à tout va. Salt, c’est Angelina Jolie avec une coloration noire corbeau. Salt, c’est le Terminator que James Cameron n’a jamais conçu. Salt, c’est Spiderman sans les problèmes de toile.
Vous l’aurez compris, Salt relève du super héro indestructible, mis en scène dans séquences d’action médiocres lorsqu’elles ne sont pas filmées par des chimpanzés sous ecstasy. A part deux ou trois plans sympathiques, l’action et la réalisation de Salt sont des plus ordinaires, et ce n’est pas le scénario qui rehausse le niveau, loin de là.

Salt - Angelina Jolie 3

Pour la mère patrie !

Alors, à quoi joue Salt qui semble fuir son destin tout en l’accomplissant ? Pas besoin d’être un surdoué pour deviner la quasi totalité des enjeux à la moitié du métrage. Quand le président russe se fait refroidir à New York, la Russie se soulève contre l’ennemi américain ! Kurt Wimmer, le scénariste du film, n’a probablement jamais entendu parler du mot diplomatie mais doit être familier de la formule « Le ridicule ne tue pas », car Salt creuse dans l’absurde et la balourdise jusqu’à toucher le fond dans un twist insignifiant, après plus d’une heure trente sans le moindre suspense à regarder Miss Jolie traverser aisément des niveaux comme Lara Croft. Aucun salut du côté des acteurs non plus, Liev Schreiber et Chiwetel Ejiofor sont transparents tandis qu’Angelina Jolie, qui, parait-il, a réalisé la plupart des cascades, n’est qu’un argument plastique pour vendre le film – à ce propos, le personnage de Salt était à l’origine un homme qui devait être joué par Tom Cruise ; ce dernier ayant refusé, le script a été revu pour mettre une femme au centre du bousin.

Conclusion

Salt, dernier blockbuster de l’été 2010, brille par sa bêtise et son action rébarbative lorsqu’elle n’est pas confuse. Les inconditionnels de la plus célèbre maman au passé sulfureux d’Hollywood y trouveront peut-être une once de bonheur, les autres n’auront qu’à passer leur chemin.

Note : 3/10

Article rédigé par Dom

Partagez cet article avec vos amis ou votre communauté :

Twitter Facebook Google Plus

14 commentaires

  1. En fait, tu n’aimes les films d’action, mais ce n’est pas très objectif. Il a 6,6/10 sur IMDb ce qui est une bonne note pour un film du genre justement.

  2. Je pense apprécier tous les genres de film, mais chacun doit assurer un minimum sur certains points pour (me) séduire. Pour moi, une critique est un avis purement subjectif ; la moyenne imdb n’est pas représentative des qualités d’un métrage (surtout que dans ce cas, le film n’est pas encore sorti partout dans le monde et je suppose que le film perdra des points ensuite), certains lui ont probablement attribué un 0 pointé, d’autre 10. Tous les goûts sont dans la nature, et pour moi, Salt, ça ne va pas du tout.

  3. Je te trouve un peu dur quand même! Comme je dis souvent, on ne va pas voir un film d’action pour son scénario. C’est vrai que je suis bon public pour ce genre de film, mais là j’ai passé un bon moment. 😉

  4. Je ne suis pas vraiment d’accord avec toi vis à vis des films d’action : la base du cinéma, c’est la littérature, et donc le scénario est un élément non négligeable, quel que soit le genre. Des films d’action comme les Batman de Nolan, La Mort aux trousses d’Hitchcock, Blood Diamond de Zwick ou encore Kill Bill de Tarantino (pour ne citer qu’eux) ont un bon (voire très bon) scénar’.
    Ne pas être original n’est pas un problème, après tout, on ne peut pas toujours innover, mais dans Salt, peu de choses sont crédibles, on tombe dans la niaiserie absolue. De plus, les scènes d’action sont loin d’être impressionnantes. J’ai nettement préféré The Expendables !

  5. Les films que tu cites ne sont plus vraiment des films d’action, plutôt thriller, drame. (Kill Bill 3/10 chez moi, mais c’est personnel!)
    Pour moi les films d’action cultes seraient plutôt Terminator 1 et 2, Pitch Black, 300, Total Recall, Highlander, même Rambo, Predator… du lourd qu’on peut regarder sans cerveau. 🙂

  6. Oui je cite des films qui ne se cantonnent pas à un genre unique, mais l’action y tient une place assez importante. Je te suis pour les Terminator, par contre, Vin Diesel et ses films, très peu pour moi. 300 est marrant, mais, une fois l’émerveillement de la technique passée, il n’en reste pas grand chose. Quant aux films comme Rambo ou Predator, je les aimais bien plus jeune et les revoir aujourd’hui les fait baisser dans mon estime…
    Sinon, dans les films récents, j’ai beaucoup aimé les Crank (Hyper tension) et le remake de Death Race.

  7. Je suis dsl mais le scénario d’un killbill ça se résume en gros a une histoire de vengeance avec une liste de Gus a descendre.

    On peut tjrs résumer un film a une ou deux phrases, ce qui comptent c’est aussi et surtout le baxkground, l’univers. Ce qui est pour moi le point fort des terminators et dans une bien moindre mesure de killbill.

    Je n’ai pas vu salt mais je pense que c surement la même chose, on pourra résumer son scénario a une phrase , mais après est ce que ce qui l’entoure tient la route?

  8. @Ko_porter : un scénario peut-être des plus simplistes et le film très bon. Dans Salt, le scénario est saugrenu et invraisemblable et ce n’est pas les scènes d’action qui sauvent le film.
    Vraiment, avec Salt, on est loin de la maitrise technique des Kill Bill, et loin de l’intérêt des Terminators.

  9. ok Dom, je prend note, mais je pense que je ne resisterai pas a l’appel du bluray car c’est un film que j’avais vraiment envie de voir, et puis le mieux reste tjrs de se faire son propre avis, à l’occasion il me plaira.

    et comme on dit « les gouts et les couleurs », heureusement le cinema en donne pour tout le monde, c’est aussi pour ca qu’on l’aime 😀

  10. @ko_porter, je te conseille vraiment de le louer ou de l’emprunter à qqn avant d’investir dedans. Ensuite, effectivement, je ne connais pas tes goûts. Qu’as tu apprécié dernièrement en matière de thrillers portés sur l’action ?

  11. @Dom: ben écoute, je me suis refait les deux premiers opus de la trilogie Bourne y a qq jours, et comme a chaque fois, j’ai bien pris mon pied, surtout sur le premier qui reste mon préféré.

    Alors j’espérais, même sans en atteindre les qualités (scenar comme réal) à un film s’en approchant dans la forme avec ce Salt.

  12. Non mais Dom a raison, Salt, c’est vraiment très faible. Angelina n’a plus la force d’antan. Les scènes d’actions sont rares et pas super (on est loin de la maestria de Matrix ou Wanted).

    Et le pire, c’est que ce film repose sur un scénario à tiroirs comme Jason Bourne justement sauf que là, la supercherie est détecté au bout de 15mn. Ça la fout mal quand le reste du film continue comme si tu ne savais pas.

  13. Marvelll résume bien les problèmes de Salt. Je suis pas un grand amateur des Jason Bourne, à part le premier, car je trouve le montage des scènes d’action affreux. Ici, la caméra est plus calme mais finalement, Salt dégomme tout le monde avec une telle facilité qu’on ne peut pas vraiment y prendre de plaisir…

  14. @Dom: je partage un peu ton avis sur les 2 suites de la trilogie Bourne, je ne suis pas sur que la venue de Greengrass était un bon choix, mais,cela reste deux films très solides par des scénarii prenant et des bons acteurs.

    Pour Salt, je ne connais pas trop la filmo de Noyce mais je ne m’attendais pas a une réal aussi nerveuse et un montage aussi « épileptique » des scènes d »action c’est certain.

    Je prend vos conseils en compte et je jugerai sur pièce quand l’opportunité se présentera.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *