Test Blu-ray : The Fall (Tarsem Singh)

Fiche Technique :The Fall
The Fall (2006) réalisé par Tarsem Singh
Avec : Lee Pace, Catinca Untaru, Justine Waddell, Leo Bill
Durée : 117 mn
Genre : Aventure, Drame, Fantastique
Blu-ray testé : Région A B C (édition américaine)
Pistes Audio : Anglais TrueHD 5.1
Sous-titres : Français, Anglais, Anglais sourds et malentendants
Format d’image : 1.85:1
Codec : MPEG-4 AVC
Résolution : 1080p
Editeur : Sony

 

Synopsis :
Dans les années 1920, un cascadeur blessé (Lee Pace) va faire la connaissance d’une petite fille espiègle (Catinca Untaru) dans un hôpital de Los Angeles. Il va lui conter une histoire où réalité et fiction vont s’influencer mais derrière cet artifice, le jeune homme va tenter de manipuler l’enfant pour arriver à ses tristes fins.

Mini-critique :
Ouverture. Noir et blanc somptueux, au ralenti rythmé par la 7ème symphonie de Beethoven. Des gens s’activent, les visages sont crispés, effrayés – un accident vient d’avoir lieu. Direction l’hôpital où deux patients vont se lier d’une tendre amitié. The Fall est un conte pour « adultes » malheureusement bien trop méconnu, n’ayant même pas eu la chance de sortir au cinéma en France. Tourné sur une période de quatre ans dans dix-huit pays différents, le film de Tarsem Singh qui emprunte certaines scènes à l’immense Baraka de Ron Flicke (parmi les nombreux clins d’oeil et références), peut se résumer à une déclaration d’amour au cinéma, visuellement inouïe. Grâce à la beauté picturale de ses plans et la relation si touchante des deux protagonistes – explorant la manipulation, l’amour et la rédemption –, seul un coeur de pierre ne succombera pas aux charmes de cette aventure fantastique épique et émouvante.

Bande annonce (VO) :

 

Le Blu-ray

– Image :
Hormis le grain s’accentuant à de rares occasions, principalement sur certains ciels, ce transfert propose une palette de couleur parfaitement étalonnée, un piqué très précis et des noirs profonds. Pour être concis, le blu-ray rend parfaitement justice au travail dantesque qui a été nécessaire à l’élaboration de ce film.
– Son :
Seule la piste en VO est testée.
Des voix parfaitement intelligibles, des ambiances discrètes fidèlement rendues, le seul défaut de cette piste TrueHD se trouve probablement dans le mixage sonore de certaines scènes (d’action), trop élevé par rapport au niveau de sortie général, et qui vous obligera à manipuler le volume au cours du film (ou de faire souffrir vos tympans).
– Bonus :
– Commentaire audio de Tarsem Singh.
– Commentaires audio de Lee Pace, Nico Soultanakis (producteur) et Dan Gilroy (co-scénariste).
– Scènes coupées (1mn39).
– Deux documentaires passionnants sur le film, Wanderlust (28 mn) et Nostalgia (30 mn), malheureusement en définition standard au format 4/3.
– Galerie photos (accompagnée de la 7ème symphonie de Beethoven).
– Bandes-annonces. Resident Evil : Degeneration, Starship Troopers 3 : Marauder, Southland Tales, Damages, Redbelt, 88 minutes, When did you last see your Father.
Annotations :
Sur cette version américaine du blu-ray (lisible sur tous les lecteurs), les bonus ne disposent d’aucun sous-titrage. Depuis le 3 Mars 2010, The Fall est disponible dans une édition française.

The Fall [Blu-ray] sur Amazon.fr

Notes :
Film : 10/10
Image : 5/5
Son : 4/5
Bonus : 4/5

Avis global : 10/10

Article rédigé par Dom

Partagez cet article avec vos amis ou votre communauté :

Twitter Facebook Google Plus

18 commentaires

  1. Je ne connaissais pas ce film. 10/10 ! Un film qui a du littéralement te conquérir. J’y jetterai surement un petit coup d’œil dès que possible.

  2. Je l’avais découvert par hasard, avec les recommandations amazon.com. Je te le recommande vivement, toutes les personnes (ou presque) à qui je l’ai conseillé sont revenues m’en dire un bien fou. Techniquement c’est stupéfiant, ensuite je conçois qu’on puisse ne pas apprécier l’histoire (pourtant très belle). Si la bande-annonce t’interpelle, c’est bon signe !

  3. C’est effectivement, sans soucis, une aventure qui elle, vaut son 10/10! Il est beau dans tout les sens du terme, preuve que la perfection existe dans le monde du cinéma.
    Bref, on aime, on valide.

  4. Je ne connaissais pas du tout!! ça a l’air bien étrange en tout cas et l’ambiance de la B.A. est génial!! Je vais tenter l’expérience je crois!!

  5. @Bruce, eh bien j’espère sincèrement que tu seras conquis !

  6. Pas « autant » conquise que toi (je lui ai mis 8/10, ce qui est quand même pas mal je trouve ^_^)(voir: http://leslecturesdecachou.over-blog.com/article-the-fall-50376110.html)(je ne sais pas comment rajouter des liens sur tes commentaires, pardon), j’ai adoré l’aspect visuel de ce film, il doit rendre incroyablement bien en Blu-Ray…

  7. (eh ben pardon, apparemment il suffisait de mettre l’adresse, au temps pour moi!)

  8. Ayé, j’ai vu. Le blu-ray est effectivement somptueux, l’histoire, bien que connue, se laisse suivre avec bonheur et l’aspect visuel ne phagocyte pas l’intrigue. Un ami m’a parlé de Baraka justement (parce qu’il sait que j’avais adoré Koyaanisqatsi), considéré comme ce qui se fait de mieux en matière de master HD. Je pense que je vais craquer.

  9. Content que tu sois conquis Vance. Baraka est effectivement un des meilleurs masters dispos (faut que je finisse par écrire un test à l’occasion), attention cela ne veut pas dire qu’il ne possède pas de grain spécifique. En lui-même, c’est un documentaire qui propose une expérience unique, poignante et invitant à la réflexion. En tant qu’amateur de 2001, tu devrais aimer aussi.

  10. Est-ce que c’est du niveau de Koyaanisqatsi ? Je veux dire une sélection de plans montés à la perfection sur une musique envoûtante ? Parce que là, je craque tout de suite !

  11. Je n’ai pas vu Koyaanisqatsi, mais la présence de Ron Fricke à l’écriture me donne envie de le voir au plus vite ! Et, oui, Baraka se sont de sublimes plans sur une musique envoûtante !

  12. Alors??
    Koyaanisqatsi?
    Vu ou pas? Je te le conseille aussi, parce que c’est très au dessus du magnifique Baraka.
    Musique envoûtante de P.Glass, image magnifique mais toujours pas de BR à l’horizon, et surtout la liberté de penser pendant et après le film sur son sens.
    Une très belle suite « Powaqatsi » et une troisième partie absolument ignoble et sans intérêt.
    Attention aux amateurs de ce film qui voudraient l’acheter en dvd, il y a une version « cropée » distribuée en France ou 33% de l’image à dégagé pour le format 16/9 (image plus qu’essentielle puisque ce film à été conçu pour le format Imax) et une édition difficilement trouvable en 4/3, mais ou l’image est présente dans son intégralité. INDISPENSABLE effectivement pour les amateurs de 2001, tree of life, Baraka…..

  13. Et pardon, accessoirement, The Fall est une merveille d’ovni qu’on adore ou qu’on déteste. Pas de juste milieu pour ce poème visuel.

  14. Toujours pas vu Koyaanisqatsi mais la chronique de Tree of Life de Vance, mentionnant ce film (ainsi que celle de Cyrille, le passeur critique) m’a rappelé qu’il faut que je me le procure. Attention si tu me dis que c’est au-dessus de Baraka, tu ne fais qu’amplifier mes attentes !

  15. Et bien, tu verras, c’est une question de gout.
    Pour moi, Baraka est plus orienté sur les hommes, les civilisations, la beauté pour la beauté etc, alors que Koyaanisqatsi, est à mon sens la démonstration que l’homme dans toute sa fierté, a exploité absolument tout ce qui était possible, jusqu’au non sens, et que la démonstration est faite, qu’avant l’homme tout avait un sens, et qu’après ce sera la même chose. C’est très raccourci ce que j’explique parce que il ya plusieurs lectures possible.
    C’est bourré de symboles, de beauté, d’horreur etc, mais on est en permanence hypnotisé par la musique qui sublime ce film.
    Partir de rien, et arrivé à rien, en traversant l’industrialisation à tout craint, tout ça filmé il y a 20 ou 30 ans.
    Si je devais en parler de manière religieuse, je dirai qu’au début Dieu à créé une merveille (la terre) et évidemment, il a fait sa petite connerie en y mettant l’homme. Il regarde, constate, observe et se dit que vraiment c’était mieux avant mais que finalement, sa connerie va se résoudre sans son intervention….
    Bon en fait c’est très dur d’en parler par écrit.
    N’oublie surtout pas « powaqatsi » beaucoup plus centré sur les pays pauvres, c’est une suite sublime dans laquelle Copola à remis ses billes…
    J’écris pas très bien dès que ces films sont plus une contemplation pour notre intelligence, notre réflexion et notre coeur, sniff 🙂

  16. Tu attises d’autant plus ma curiosité mais c’est dommage qu’un tel film ne soit pas encore distribué en haute définition…

  17. C’est un remake d’un film Bulgare de 1981 : Yo ho ho de Zako Heskija.

    http://www.imdb.com/title/tt0278827/

    Peut être que le potentiel de l’histoire est mieux exploité dans l’original (je pense que oui sinon ils n’auraient pas tenter d’en faire un remake)
    J’ aurait bien voulu voir dans The fall un vrai parallèle entre l’histoire inventée dans le film et la réalité ,une belle déception pour ma part !

  18. @jhudson : Je ne savais pas qu’il s’agissait d’un remake… A découvrir.
    Pourtant dans « The Fall » l’histoire contée et la réalité sont des vases communicants, enfin, surtout au niveau des personnages transposés par l’imaginaire de l’enfant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *